• lundi le 16 décembre, 2019

[Cuba] Une pépinière de talents!

Partagez nous!

Vous voilà à Holguin, profitant goulûment de la plage, de la mer et des installations de votre magnifique hôtel? Vous vous réjouissez d’assister en soirée à des spectacles flamboyants? Peu d’hôtels dans le monde peuvent se targuer d’offrir des prestations d’aussi grande qualité que ceux de Cuba. C’est que ces artistes cubains, danseurs, musiciens, acteurs ont tout un parcours derrière eux et sont issus des meilleures écoles. Petit tour de piste.

LES CABARETS FLAMBOYANTS

Costumes éblouissants, plumes et paillettes, danseurs et chorégraphies exceptionnels sur des rythmes de merengue, salsa, rumba et des orchestres fabuleux… Combinant plusieurs disciplines de scène, les spectacles dans les hôtels de luxe à Cuba savent nous en mettre plein la vue. C’est qu’outre le rhum, les cigares et la musique, les Cubains sont aussi connus dans le monde entier pour l’éclat de leurs « cabarets » qui connurent une période de gloire dans les années 50.

Le plus renommé, un lieu culte à La Havane, est le Tropicana, «  le paradis sous les étoiles », un cabaret en plein air où des centaines de danseurs virevoltent dans un tourbillon de plumes. Ouvert en 1939, il a accueilli de grandes figures de la musique cubaine, et on en dit qu’il rappelle les grands cabarets, comme le Moulin Rouge ou le Lido, à Paris. Ça laisse des traces!

À CUBA, LA DANSE EST AUSSI HYBRIDE QUE LA MUSIQUE

À la fin du 18e siècle, les familles de colons français et leurs esclaves africains ont apporté des danses de la cour française, dont la contredanse anglaise à l’origine de la danzón et des rythmes africains. On pouvait voir les danseuses vêtues d’élégantes robes à froufrou avec éventails, dentelles et mouchoirs se trémousser au rythme des percussions du Nigeria ou du Bénin. D’autres danses reflétaient le travail des esclaves cubains reproduisant le pilonnage de la canne à sucre ou le concassage des fèves de cacao ou de grains de café avec les pieds.

L’héritage africain a donné naissance à un riche folklore de danse qui s’est mêlé aux danses populaires cubaines, telles que le son, le cha-cha-cha, le mambo, la rumba, la salsa et le casino. La musique cubaine la plus populaire aujourd’hui est le son. Le mambo, le bolero, la salsa et le cha-cha-cha dérivent tous du son. La richesse du métissage cubain s’est traduite par une extraordinaire créativité en matière de musique et de danse.


Le Conjunto Folklórico Nacional de Cuba a été fondé en 1962 pour sauvegarder la danse et la musique traditionnelle, les chants, les percussions et les traditions en matière de danse et de musique.  À Cuba, la danse est une vraie profession. On commence dès l’âge de neuf ans et la formation dure plusieurs années. Il y a d’ailleurs plusieurs troupes reconnues qui se produisent partout dans le monde, dont le Ballet national de Cuba, par exemple.

L’IMPORTANCE DE LA CULTURE À CUBA

Les artistes qui performent dans les hôtels ont souvent un long parcours d’années d’études (entre 5 et 9 ans) derrière eux. L’Escuela National de Arte, l’école artistique nationale de Cuba, fondée en 1960 à La Havane, regroupe et coordonne 41 écoles réparties à travers le pays. On y enseigne les beaux-arts, la musique, le théâtre, le ballet, les danses modernes et folkloriques.

Les élèves les plus doués entrent ensuite à l’Instituto Superior de Arte (ISA), l’université cubaine des arts la plus prestigieuse de l’île qui a ouvert ses portes en 1976 avec trois facultés: musique, arts plastiques et arts scéniques. Elle comprend deux filiales, dont l’une à Holguin et une à Camagüey, ainsi qu’une unité d’enseignement à Santiago de Cuba. Les écoles « d’instructeurs des arts » ont aussi une place importante. « L’Escuela Nacional de Instructores de Arte» a été fondée par Fidel Castro en 1961, la même année que le Conseil national de la culture et d’importantes institutions culturelles. L’éducation est gratuite à Cuba, même à l’université. Holguin à elle seule compte trois universités et plusieurs écoles spécialisées.

DE JEUNES ARTISTES BOURRÉS DE TALENTS

À Holguin, au Las Brisas de Guardalavaca, j’ai rencontré Yarina, une danseuse professionnelle que j’ai vue performer à plusieurs reprises lors de mon séjour. Elle y travaille depuis 1 an et demi, 4 jours, 32 heures semaine. Elle a 27 ans et elle est aussi professeure.

Ses études? 4 ans à Holguin, à l’Escuela de Instructores de Arte (EIA) José Martí, la meilleure de son type dans la partie est de Cuba et dont la mission est d’enseigner les arts de la danse, les arts plastiques, le théâtre et la musique. Les diplômés de l’école travaillent pour la plupart dans près de 500 écoles de la province.

Auparavant, Yarina a étudié 5 ans à l’ISA, à Holguin, la filiale de l’Instituto Superior de Arte. Au total: 9 ans d’études! Si elle n’enseigne pas la danse en ce moment, c’est qu’elle est fort occupée ici et elle ADORE son travail.

On la voit ici aux côtés de trois autres camarades de travail: Anna, 22 ans, qui a aussi fait un peu le même parcours que Yarina; Esequel 22 ans, et Gabriel 31 ans, qui sont formés en ballet classique. Mais avant de se spécialiser, ils ont fait le programme général en danse pendant lequel ils apprennent tous les types de danses: traditionnelles, folkloriques et plus contemporaines.

 

La voici encore avec des membres de la troupe de l’hôtel (5 hommes et 9 femmes) dans une autre prestation. Ils habitent tous la ville de  Holguin, dans des appartements qu’ils partagent avec d’autres artistes.

Trouver un emploi dans un hôtel est très recherché, même si, me dit Yarina « nous, les danseurs sommes moins bien payés que les musiciens ».

Leydis, 21 ans, a étudié la danse dès l’âge de 9 ans et a fait ensuite une formation à l’École des arts de Santiago pendant 3 ans. Elle est danseuse professionnelle depuis l’âge de 18 ans. À ses côtés, Eduardo, 21 ans, connaît plusieurs types de danse, mais il a plutôt une formation en art scénique, en mime et en théâtre. Ils ne travaillent pas à temps plein dans un hôtel, mais à contrat pour des évènements, des festivals, ou encore se produisent dans la capitale, Holguin.

Même chose pour ces artistes de performance; 9 acteurs-plasticiens de la troupe Ojos Teatro de la ville de Santiago. Ils font des interventions urbaines qui prennent la forme de statues vivantes en « body painting ». Le fondateur est un acteur qui, a-t-il dit dans une entrevue, « a toujours été un grand amateur d’arts visuels et de musique ». Ils se mettent en scène dans les espaces publics et les événements culturels importants de la ville de Santiago, ainsi que dans d’autres provinces. En tout,  ils sont une vingtaine, à temps plein et partiel, étudiants, jeunes diplômés, et un noyau de 9 acteurs professionnels.

OÙ VOIR CES ARTISTES?

Vous pourriez croiser ces artistes talentueux lors de festivals ou de fêtes nationales (même en dehors de la province d’Holguin), ou encore dans un hôtel lors d’un évènement particulier. Mais vous aurez plus de chance dans la capitale à Holguin lors d’une fête populaire, par exemple. D’ailleurs la capitale d’Holguin compte plusieurs troupes de ballet, de danse contemporaine, de théâtre, de chant, d’opéra, un orchestre symphonique (sur la photo) et une foule de talents en « freelance »! Lors de l’évènement FitCuba2017, j’en ai découvert plusieurs.

La troupe de théâtre lyrique d’Holguin se produit au théâtre Eddy Suñol, situé au centre de la ville. Des représentations prestigieuses et une reconnaissance internationale de la troupe font de cette institution l’un des centres culturels les plus importants du centre et de l’est du pays.

 

Les Cubains sont aussi forts en ballet aquatique, une discipline qui combine la danse et la nage synchronisée. Il y aurait une dizaine de troupes au pays, de La Havane à Villa Clara, en passant par Camagüey et  Holguin. Ici, un spectacle de la troupe de ballet Acuático de Holguin.

 

Le cabaret Nuevo Nocturno est un bar-discothèque dans le style du Tropicana de La Havane. On y présente des spectacles flamboyants et ce lieu est aussi une discothèque. Selon le Ministère du Tourisme, il connaîtra toute une revitalisation cette année.

VIVA LA MUSICA AVEC LOS GUAYABEROS

La musique est partout à Cuba et on pourrait faire un autre article complet sur le sujet! Mais à Holguin, vous pourriez entendre le groupe Los Guayaberos, à la Casa de la Trova (la trova est une des formes musicales les plus anciennes de Cuba), où ils leur arrive de performer. Je les ai entendus au resto El Guayabero du Brisas Guardalavaca et j’ai eu un coup de cœur!

Ce groupe a été fondé il y a 36 ans par Faustino Oramas, alias « El Guayabero », né dans la ville de Holguin en 1911. En 1938, il compose El Guayabero d’où il tient son pseudonyme.

En 2006, à l’âge de 95 ans, il monte sur scène pour reprendre Marieta, son titre le plus connu. La légende raconte que Marieta était le nom de la femme du maire de Santiago dont il tomba amoureux lors d’une prestation dans cette ville. Le maire en fut si jaloux et furieux qu’il partit à ses trousses dans l’idée de le battre! Faustino Oramas est aussi l’auteur de Candela, l’un des titres les plus rythmiques de l’album qui a fait connaître le Buena Vista Social Club partout dans le monde.

Lors de vos prochaines vacances à Holguin, gardez l’œil ouvert et appréciez le talent divin de nos amis cubains! Vous ne savez jamais si, en sirotant votre mojito, du sable dans les oreilles, vous n’êtes pas en train d’entendre le prochain « monument » de la musique cubaine ou une descendante de l’une de ces chanteuses légendaires qui a fait la gloire du Tropicana!

(Source: Nathalie Sicard pour Profession Voyages)

Partagez nous!

Postes connexes

Menu