• mardi le 26 septembre, 2017

[Entrevue] Marcher sur une autre planète : l’Islande

Partagez nous!

Ariane Laberge 
Auteure & spécialiste en relations humaines
Lire plus d’articles d’Ariane

VOLCANS, EAUX SULFUREUSES, DÉCOR LUNAIRE ET AURORES BORÉALES, L’ISLANDE A TOUT POUR SÉDUIRE L’AUTHENTIQUE AVENTURIER EN VOUS.

L’ISLANDE, terre mystérieuse au décor fabuleux, nous intrigue depuis toujours. Et longtemps, seul un petit nombre de gens osaient s’y rendre. Comme s’il s’agissait d’un monde à part réservé à une « élite » quelconque ou à des aventuriers hors norme qui ne vivaient pas comme « tout le monde ».

Heureusement pour nous tous, cette époque est révolue, et de plus en plus de gens se déplacent vers ces terres inconnues qui respirent le grand air et en font rêver plus d’un. Les tarifs des vols, que ce soit Air Canada Rouge, Iceland Air ou la compagnie à rabais Wow, ont beaucoup diminué avec les années, rendant la destination accessible à un grand nombre de voyageurs.
Les tarifs varient entre 500 $ avec Wow et 1 500 $ avec Iceland Air, et tout dépend du temps de l’année où vous voyagez.

C’est plus d’un million de curieux et d’intéressés qui se déplacent chaque année pour s’aventurer dans la belle île, soit trois fois plus que la population locale.

Pour mieux connaître les secrets islandais, je me suis entretenue avec Jean-Marc Plessy, cofondateur d’Alkemia, un petit réceptif qui fait vivre aux visiteurs des aventures authentiques en solo ou en petit groupe.
Alkemia signifie alchimie en islandais, et son nom vient de la rencontre entre Jean-Marc et sa conjointe Harpa et de l’alchimie du pays. J’adore!

P.V. Alkemia et l’Islande en cinq mots, ce serait quoi?
JMP. Alchimie, slow travel, simplicité/authenticité, transformation profonde, décristallisation

P.V. À quoi doit-on s’attendre quand on arrive en Islande?
JMP. À rien (rires). En fait, je dis rien, car l’Islande ne ressemble en rien à ce les gens connaissent déjà, il n’y a pas de référence semblable. Il faut donc oublier tous ses repères habituels, se libérer du connu. En Islande tout est neuf, c’est une jeune terre comparativement au reste de la planète. Venir en Islande, c’est comme faire un saut sur la ligne du temps de la création de la terre.

PV. Quel serait le meilleur moment pour s’y rendre?
JMP. Le moment est toujours bien choisi pour se rendre en Islande, mais je dirais que le mois d’avril ainsi que la période entre la mi-octobre et la mi-novembre sont les moments les moins intéressants.

Jean-Marc nous rassure côté température. L’hiver, la température au plus froid tourne autour de zéro degré, une température clémente que l’on doit au Gulf Stream. En été, le thermomètre peut grimper jusqu’à 30 degrés.
Les mois de décembre à mars sont le meilleur moment pour les aurores boréales et le mois de juin, pour le soleil de minuit.

P.V. Quelle expérience faites-vous vivre aux gens qui voyagent avec vous?
JMP. Nous privilégions l’authenticité. Nous voulons faire voyager autrement. Nous travaillons en collaboration avec des passionnés qui ont à cœur de faire découvrir l’Islande, qui sont amoureux de leur métier et qui sont sensibles à la préservation de l’environnement.
Nos tarifs ne sont pas toujours les moins chers et c’est parfait ainsi, car nous restons fidèles à nous-mêmes en travaillant avec des personnes responsables et passionnés.
Les clients qui voyagent avec nous vivront des expériences uniques, loin du tourisme de masse.

P.V. À quoi ressemble le voyageur type qui vole vers vous?
JMP. Les gens qui viennent en Islande sont à la recherche, bien souvent, de grands espaces, de nature et d’authenticité. Et ils seront servis.

P.V. Que nous apporte la randonnée en Islande, qui est différente de celle d’ailleurs?
JMP. La marche est le rythme naturel de l’homme, elle nous permet de ralentir. La thématique des itinéraires devient un prétexte aux randonnées. Ce qui est important pour nous, c’est d’amener l’expérience dans le corps, danse ressentie, et c’est à ce moment que les éléments de la nature permettent des transformations profondes. Même si on n’en est pas conscient. La nature agit, naturellement.
De plus, les eaux thermales sont partout en Islande. Lors des randonnées de plusieurs jours, il n’y a pas une journée où notre corps n’ira pas se « lover » dans les eaux chaudes. On maintient donc la température du corps élevée, ce qui permet des randonnées agréables et confortables, même à zéro degré.

P.V. Combien de temps y rester et quoi ne pas manquer?
JMP. Si vous avez une semaine, il faudra vous limiter; si vous en avez deux c’est mieux; mais idéalement, si vous pouvez en avoir trois, vous en profiterez pleinement.
La lagune glaciaire de Jökulsarlon est un incontournable. Les glaciers y sont magnifiques et la lumière modifie le décor au gré de son humeur.
Une randonnée à ne pas manquer serait le trek Fjallabak. Nous proposons un circuit totalement différent, bien loin des sentiers battus à la découverte d’un paysage unique et du silence. Nous traversons des déserts noirs, des coulées de lave récentes, de nombreuses rivières, parfois chaudes, des champs de solfatares où la terre bouillonne… et les montagnes multicolores de rhyolithe.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me donne envie de sauter dans un avion avec mes bottes de marche et d’aller à la rencontre mystique de l’Islande.

Jean-Marc nous fait remarquer une chose importante à apporter dans ses bagages… soi-même, car c’est la rencontre la plus fabuleuse que nous ferons durant notre voyage!

Bonne rencontre au cœur de vous-même!

Partagez nous!

Postes connexes

Menu