• vendredi le 26 avril, 2019

L’Islande est-elle victime de son succès?

Partagez nous!

La diversité de ses paysages lunaires et son image de pureté et de nature en font une destination très demandée. Trop ? L’explosion du tourisme affecte les habitants locaux. les touristes sont priés de mieux se comporter.
Entre terre, glace et feu, l’Islande et ses paysages spectaculaires sont devenus une destination touristique très prisée des amateurs de nature, de faune, de fjords et autres volcans ou geysers.

D’une superficie de 103.000 km², cet État insulaire à la limite du cercle polaire compte environ 330.000 habitants (soit l’équivalent d’une ville comme Nice). Il a été visité en 2015 par… 1,3 million de voyageurs et presque 1,8 million pour l’année 2016.

Malgré la sévère crise financière qui l’a durement frappé en 2008 puis l’éruption du volcan Eyjafjöll deux ans plus tard, le pays a su profiter d’un contexte international qui lui a été favorable. Les printemps arabes ou les attentats terroristes ont incité les touristes à se tourner vers des destinations différentes et plus sûres. L’Euro de football et le formidable parcours de l’équipe nationale islandaise ainsi que la chaleur de ses supporters, ont offert, si elle en avait encore besoin, une formidable vitrine à cette île de glace.

LA COMMUNAUTÉ ISLANDAISE AFFECTÉE

Mais cet afflux de voyageurs – cinq fois supérieur au nombre d’habitants – suscite l’inquiétude de la part des autorités qui craignent pour les richesses naturelles de son territoire. En effet, les touristes ne sont pas toujours respectueux de l’exceptionnel écosystème local. L’explosion du tourisme «affecte la communauté islandaise», affirme même la directrice du Centre de recherches du Tourisme islandais, Gudrun Gunnarsdottir.
En 2015, la star canadienne Justin Bieber a tourné un premier clip dans le pays. Coup de pub inespéré? Pas tant que ça. L’idole des jeunes a fait fi des particularités de la nature islandaise et oublié que celle-ci pouvait être dangereuse: il s’est baigné au milieu des icebergs – malgré les risques d’hypothermie ou les blocs de glace qui peuvent se détacher – et il a piétiné la mousse volcanique protégée, à qui il faudra des années pour s’en remettre. Résultat: l’office du tourisme avait dû publier un communiqué pour appeler les touristes à un comportement plus respectueux.

Lire aussi: Devenir touriste en Islande, ça s’apprend !

PRESSION ÉNORME SUR LES SITES NATURELS

Les sites naturels ne sont pas à l’heure actuelle dans la capacité de supporter l’afflux croissant de visiteurs. «80% des touristes viennent ici pour profiter de la nature. Cela crée une pression énorme sur nos sites naturels. Les visiteurs piétinent la végétation, des formations géologiques ou encore des sols qui sont très fragiles. D’ailleurs, nous constatons déjà des effets très visibles sur notre environnement. Bien sûr, cela nous inquiète», affirme Anna Dora Saeporsdottir, responsable du département des sciences environnementales de l’université d’Islande, qui conseille au gouvernement de légiférer rapidement, en limitant le nombre de touristes ou l’accès à certains sites, afin de protéger la richesse du pays.


D’une manière générale, «les Islandais sont bien disposés vis-à-vis du tourisme mais pas autant qu’il y a un ou deux ans», relève Grimur Saemudsen, le président de l’Association des professionnels de l’industrie du voyage (SAF). Et de préconiser: «Il faut investir dans les infrastructures (…), la sécurité et la protection de la nature».

Lire la suite

Partagez nous!

Postes connexes

Menu