• mardi le 21 mai, 2019

Le Londres de Jack l’Éventreur…

Partagez nous!

Londres, le 25 septembre 1888

Dear Boss,

Imaginez une lettre écrite à la plume et à l’encre rouge sang. Une lettre parlant de crime et de mutilation, c’est ce qu’a reçu la centrale News le 27 Septembre 1888.

Moins d’un mois plus tard, c’est une lettre intitulée From Hell qui fut envoyée, accompagnée d’un rein humain.

Signées Jack l’éventreur, ces lettres sont à l’origine de son surnom et de sa popularité internationale.

Londres, 1888, le district de Whitechapel est situé dans le East End. Surpeuplé, pauvre, insalubre, Whitechapel est un foyer d’immoralité. 62 bordels, 1200 prostituées, des ruelles sombres et une brume quasi permanente. C’était le terrain de chasse idéal pour l’un des tueurs en série les plus célèbres de l’histoire: Jack the ripper.

Onze meurtres y furent perpétrés entre avril 1888 et février 1891, mais seuls cinq d’entre eux furent attribués à l’éventreur. Cinq femmes, des prostituées, égorgées et éventrées en plein cœur de Londres.

Jack l’éventreur n’a jamais été retrouvé. À l’époque, de nombreuses théories ont été abordées. Son habilité à manier le couteau a ainsi dirigé l’enquête vers les médecins et bouchers de Whitechapel.

Un siècle plus tard, le nom de Jack l’éventreur fait encore frémir et Whitechapel a bien changé, mais il est toutefois possible de découvrir cette portion de Londres sur les pas de celui que l’on surnommait également le tablier de cuir.  

Je vous conseille de commencer votre « Jack the ripper tour » par Mitre Square, situé à la limite de La City et de Whitechapel. C’est là que le corps de Catherine Eddowes a été retrouvé le 30 Septembre 1888. Elle fut égorgée. Son utérus et l’un de ses reins avaient été prélevés.

Ensuite, dirigez-vous vers le pub Hoop & Grapes qui a survécu au terrible incendie de Londres de 1666. Son décor authentique vous fera replonger en plein cœur de l’histoire de ce quartier.

Remontez ensuite vers le nord, vers le quartier de Spitafields, vous longerez Commercial Street, Fashion Street et Lolesworth Close qui sont au cœur de Whitechapel, où résidaient certaines des victimes de l’éventreur.

Un peu plus loin, le Ten Bells Pub, est un lieu mythique de l’époque où se retrouvaient toute la faune du quartier. Prostituées, marins, ivrognes et assassins s’y côtoyaient.
Le pub fait le coin avec la Fournier Street qui est encore préservée de la modernité.

Juste en face du pub, la Brushfield Street, anciennement nommée Dorset Street et surnommée la pire rue de Londres. C’est là qu’a été découvert le corps de Mary Jane Kelly.  Elle fut retrouvée chez elle le 09 novembre 1888. C’est la victime qui a été la plus mutilée par Jack l’Eventreur. L’intégralité de ses organes ont été éparpillés dans sa chambre et son cœur était introuvable.

À quelques pas de là, je vous conseille un petit arrêt au Old Spitalfields market, un marché couvert datant du Moyen Age mais qui existe sous sa forme actuelle depuis 1887. Au 19e siècle, le marché grouillait de voleurs, brigands et assassins.

Dirigez-vous ensuite vers Hanbury Street, où fut découvert le corps de Annie Chapman le 08 Septembre 1888. Elle aussi fut égorgée et presqu’entièrement décapitée mais l’éventreur a également prélevé plusieurs organes abdominaux avant de la laisser dans l’arrière-cour du 29 Hanbury Street.

Un peu plus loin, sur Durward Street, a été découvert le corps de la première victime: Mary Ann Nichols le 31 Aout 1888.

Non loin de là se situe The Royal London Hospital où furent pratiqués les autopsies des victimes. Il est également possible de visiter la crypte de l’hôpital qui a été transformée en musée. Il est d’ailleurs possible d’y voir une réplique du squelette de Joseph Merrick, plus connu sous le nom de Elephant man. C’est d’ailleurs dans cet hôpital que son cas fut étudié puisque c’est à Whitechapel qu’il fut exhibé comme une bête de foire.

Pour terminer, vous pourrez vous rendre au « Jack the ripper Museum », une attraction controversée puisqu’à l’origine ce musée devait mettre en lumière les femmes de l’East End qui ont influencé l’histoire. Mais il est en réalité un musée macabre dont la collection est intégralement vouée au célèbre égorgeur.
Hurlements de femmes, cadavres en cire, tâches de sang, vous vivrez une expérience d’immersion unique qui vous permettra d’étudier les photos des autopsies des victimes.

LONDRES, TERRAIN FERTILE DE L’HORREUR

Au XIXe siècle, Londres était un véritable labyrinthe, un dédale de ruelles sombres empestant les cadavres ravagés par le typhus, la variole et le choléra. La situation sanitaire était catastrophique et la sécurité inexistante.

On dit de Londres qu’elle est la capitale la plus hantée du Monde, Whitechapel n’est qu’un petit exemple de son histoire macabre.

À deux pas du terrain de chasse de Jack l’éventreur se trouve la célèbre tour de Londres. Attraction vedette s’il est une, la tour de Londres fait incontestablement partie des lieux les plus hantés de Londres. Au cœur de l’histoire de la ville depuis le début du XIe siècle, elle a joué un rôle essentiel dans la défense de la ville. Elle était réputée pour être un lieu de torture important à l’époque où la tour servait de prison.

Une légende raconte que quand les sept corbeaux qui gardent la tour partiront, la couronne tombera et la monarchie avec elle.

Aujourd’hui la tour expose les joyaux de la couronne britannique.

Bram Stocker a quant à lui établit son célèbre roman « Dracula » en plein cœur du Londres du XIXe siècle.
En effet la moitié du roman s’y déroule, l’auteur y a d’ailleurs vécu la majeure partie de sa vie. C’est là que Lucy fut transformée, que Mina fut charmée et que Van Helsing amorça sa lutte contre le mal.

À l’ouest de la City se trouve la fameuse Fleet Street dont le numéro 186 est au cœur de l’histoire du célèbre barbier: Sweeney Todd.

Au début du XIXe siècle, Sweeney Todd aurait égorgé ses clients et se serait débarrassé de leurs corps avec la complicité de sa maîtresse qui confectionnait des tartes à la viande … humaine.
Cette histoire fait partie du folklore anglais et a inspiré de nombreux auteurs dont le célèbre Tim Burton qui a confié le rôle du barbier à Johnny Depp.

Aujourd’hui encore, certaines rues nous replongent dans l’histoire riche et sombre de la capitale anglaise. Sous la pluie ou dans la brume, savourez son ambiance unique, riche et fascinante!

(Source: Charlotte Gousseau pour Profession Voyages)

 

Partagez nous!

Postes connexes

Menu