• mercredi le 28 juin, 2017

Souvenirs du Cotopaxi

Partagez nous!

Christian Lessard
Professeur, organisateur de voyages étudiants
Lire plus d’articles de Christian

Le Cotopaxi:  situé au sud-est de Quito, la capitale de l’Équateur, ce volcan culmine à 5 897 mètres, ce qui en fait le deuxième plus haut volcan actif du monde (le premier étant l’Aconcagua en Argentine). Avec la symétrie quasi parfaite de son cône montagneux, n’est-il pas magnifique?

Au cours d’un voyage étudiant vécu dans ce pays au printemps 2012, nous avions eu la chance de nous mesurer à lui en gravissant quelques centaines de mètres sur son flanc couvert de cendre volcanique. Nos attentes étaient élevées face à cette aventure unique qui allait nous permettre de repousser nos limites, mais encore aujourd’hui je peux confirmer qu’elles ont été comblées.

À la conquête du volcan

Notre ascension était prévue en deux temps. Étant donné que notre itinéraire restreint par le temps ne nous permettait pas d’escalader la montagne à partir de la base, c’est en petit autocar que nous étions entrés dans le parc du Cotopaxi afin d’être transportés jusqu’à une altitude de 4 500 mètres. Progressant sur les routes de terre sinueuses, la montée et la vue sur le Cotopaxi nous faisaient tranquillement prendre conscience du défi qui nous attendait. Déjà dans le véhicule, notre souffle devenait un peu plus court…

Une fois rendus à 4 500 mètres, nous avions compris pourquoi nous avions apporté tuques, mitaines et foulards: il faisait assez froid et la grêle s’était mise à tomber à notre arrivée! Le volcan lui-même ne présentant pas de difficultés techniques particulières, c’était plutôt l’altitude et ses effets qui allaient devenir notre principal « ennemi ». Mais il était facile d’oublier ces tracas en contemplant la beauté du paysage lunaire et dépourvu de végétation qui s’offrait à nous, le tout agrémenté par la visite d’un sympathique loup des Andes!

Après avoir écouté les consignes de notre guide Jorge, nous étions prêts pour la seconde partie de notre excursion: effectuer une randonnée en pente raide d’environ 300 mètres qui nous mènerait au refuge à 4 810 mètres. Expérience plutôt banale formulée ainsi, mais qui est devenue une véritable occasion de dépassement personnel pour tous les membres du groupe, jeunes et moins jeunes! C’est donc un pas par seconde et même plus, une respiration à la fois, que nous étions parvenus au refuge deux heures plus tard (eh oui, 2 heures pour 300 mètres!), là où nous attendait un chocolat chaud bien mérité.

Notre soif était donc comblée, mais pas notre soif d’aventure. Mon collègue Patrick et moi avions donc demandé à Jorge pour nous rendre, avec les élèves qui avaient encore un peu d’énergie, quelques mètres plus haut où le sol commençait à être enneigé. Je m’en rappelle comme si c’était hier: participer à une bataille de boules de neige sur un volcan à 4 900 mètres avec des jeunes en devenir, voilà un moment marquant gravé dans ma tête de voyageur…

Cinq ans plus tard…

Au moment d’écrire cet article qui m’a permis de me remémorer de très beaux moments, je me suis demandé si cette aventure au Cotopaxi avait été aussi marquante pour les élèves et enseignants qui l’ont vécue avec moi. J’ai alors demandé à certains d’entre eux de retourner dans le passé, de me parler de leurs souvenirs et de réfléchir à ce que cette expérience leur a apporté. Voici leurs témoignages…

« L’expérience Cotopaxi m’a appris à prendre mon temps dans tout ce que je fais pour être ensuite fière de ce que j’ai accompli. Je sais que je peux surpasser mes limites et relever toutes sortes de défis. » – Carol-Ann

« Ce que je retiens le plus de cette expérience est le sentiment d’accomplissement lorsque je me suis appuyé sur la pancarte du refuge au sommet de la pente sur laquelle était indiquée la hauteur que nous avions atteinte:  4810 mètres ! » – Frédéric

« Je peux dire que cette aventure constitue l’une des principales raisons pour laquelle je veux retourner en Équateur. Cinq ans plus tard, je vis toujours selon une grande leçon de vie que m’a apporté mon expérience au Cotopaxi: y aller à son propre rythme. Peu importe le temps que ça peut prendre, il est toujours possible d’y arriver. » – Sarah

« Je serais menteur de dire que cette expérience ne m’a pas changé. Au contraire, celle-ci a forgé l’homme que je suis devenu. En effet, je ne prends plus rien pour acquis, je travaille fort dans toute situation de la vie et je m’entraîne pour rester en forme! » – Manuel

« Cette expérience a développé un côté aventure en moi. Elle m’a fait découvrir la force de la nature. Une expérience remplie d’émotions! » – Aurélie

« J’étais loin de penser que l’ascension d’un volcan de si haute altitude demanderait une préparation physique, mais aussi mentale. Je mentirais si je disais que l’envie de rebrousser chemin jusqu’à l’autocar n’a pas traversé mon esprit quelques fois au cours de cette épreuve. J’y ai appris la persévérance… » – Claudie

« Ce que ça m’a apporté?  Sur le coup, un grand sentiment de paix et de satisfaction.  Malgré la rudesse de l’endroit, c’est somme toute paisible comme environnement.  Aujourd’hui, je dirais que cette montagne (comme bien d’autres lieux d’ailleurs) contribue à mon désir d’explorer encore et toujours notre belle planète et d’en profiter pour relever des défis ainsi qu’affronter mes craintes. » – David, enseignant

« Je retourne en Équateur cet été avec un ami dans le but de vivre à nouveau ce genre d’aventure. C’est tout dire. Je souhaite pousser un peu plus loin ce que je suis capable d’accomplir. » – Patrick, enseignant

 

 

Partagez nous!

Postes connexes

Menu