• jeudi le 13 août, 2020

34% des personnes interrogées déclarent qu’elles voyageront 4 à 6 mois après la levée des restrictions

Partagez nous!

10 juin 2020 — Le dernier défi pour l’industrie du voyage sera de faire en sorte que les clients se sentent à l’aise pour réserver des voyages dans un monde post-pandémique, au moins à court terme, selon les nouvelles conclusions de l’enquête Covid-19 de Travelweek auprès des consommateurs.

L’enquête, envoyée fin avril et recueillant près de 3 000 réponses de consommateurs de tout le Canada, indique que 65% des sondés ne sont pas disposés à réserver un voyage maintenant pour 2021, contre 35% ayant déclaré qu’ils réserveraient maintenant pour l’année prochaine.

Lorsqu’on leur a demandé dans combien de temps ils voyageraient à nouveau, une fois les restrictions levées, 34% des sondés ont répondu qu’ils le feraient dans les quatre à six mois, 32% dans les un à trois mois et 24% dans les sept mois ou plus. Seulement 10% ont déclaré qu’ils voyageraient moins d’un mois après la levée des restrictions.

Afin de les inciter à réserver de futurs voyages, près de 28% des personnes interrogées ont déclaré que des politiques d’annulation flexibles seraient la contrepartie la plus importante, suivies par des réductions de prix (19,8%). Les politiques de propreté et de distanciation sociale (19,3%), les destinations où le nombre de COVID-19 est faible (19,2%) et les produits de qualité (13,8%) complètent la liste des éléments à prendre en considération pour réserver un voyage dès maintenant.

Quant aux prévisions des consommateurs concernant l’assouplissement des restrictions de voyage, 51% ont déclaré qu’il aura lieu en 2021, 41% ont dit que ce serait à l’automne/hiver 2020, tandis que 7% sont très optimistes et espèrent que les voyages reprennent au printemps/été.

Jennifer Hendry, associée de recherche principale à l’Institut canadien de recherche sur le tourisme, s’est entretenue par courriel avec Travelweek et a déclaré que la courbe de reprise en forme de U devrait se prolonger.

“Le retour des activités transfrontalières dépendra de la manière dont la pandémie sera gérée aux États-Unis, mais les voyages à l’étranger ne devraient pas reprendre avant juillet au moins“, a déclaré Jennifer Hendry. “Nous ne nous attendons pas à ce que les activités transfrontalières et autres activités à l’étranger atteignent ou dépassent le niveau enregistré avant l’apparition de la pandémie avant la fin de 2021”.

Jennifer Hendry note également que les voyages intérieurs seront la première activité à regagner du terrain une fois que les mesures de distanciation physique auront été assouplies. Les voyages en voiture sur de courtes distances et, éventuellement, les voyages transfrontaliers en voiture seraient les suivants, suivis par les voyages aériens transfrontaliers. Le transport aérien international sera le dernier segment à se remettre de la crise.

“La reprise sera stimulée par les incitations tarifaires et la demande latente, ainsi que par les crédits de voyage accordés lorsque les voyages ont été annulés”, ajoute-t-elle.

Avec 55% des personnes interrogées déclarant que le revenu de leur ménage a été affecté par la pandémie, les offres de voyage seront une incitation essentielle pour les voyageurs qui vont de l’avant. Selon les résultats de l’enquête, 32% des personnes interrogées ont déclaré qu’une réduction de 50% ou plus les inciterait à réserver des voyages pour l’été et l’automne 2020, tandis que 12% ont déclaré qu’une réduction de 25 à 49% suffirait. Seuls 8% ont déclaré qu’ils n’auraient pas du tout besoin d’une réduction pour les inciter à voyager une fois la pandémie contenue. La majorité des personnes interrogées, soit 47%, ont déclaré qu’elles n’étaient pas du tout prêtes à voyager cet été/automne, quelle que soit la réduction offerte.

Malgré les avantages immédiats que les offres de voyage auront sur le redémarrage de l’industrie, Jennifer Hendry s’empresse d’avertir les entreprises de son impact à long terme.

“Les consommateurs seront plus conscients des prix, mais les entreprises touristiques devront faire attention à ne pas trop réduire leurs prix, carune baisse importante entraînera un retour plus long aux prix d’avant Covid-19“, dit-elle.

En ce qui concerne la “nouvelle normalité”, Jennifer Hendry indique que les principaux obstacles auxquels se heurte l’industrie du voyage pour inciter les gens à réserver à nouveau des voyages sont les préoccupations en matière de santé et de sécurité et le manque de revenus discrétionnaires.

“Les destinations, les voyagistes et les autres entreprises touristiques ne peuvent pas contrôler l’économie et les finances des ménages”, dit-elle. “Ils peuvent cependant être transparents et communiquer les conditions de santé publique, les procédures d’assainissement et les autres mesures prises pour aider à protéger la santé des membres de la communauté et des visiteurs”.

Quant aux destinations, Jennifer Hendry indique qu’elles devront “mettre l’accent sur leur ouverture à recevoir à nouveau des visiteurs et travailler avec la communauté locale pour assurer un environnement accueillant“.

Partagez nous!

Postes connexes

Menu