• mardi le 4 août, 2020

Air Canada, WestJet et Transat répondent aux interrogations des députés concernant les remboursements

Partagez nous!

25 juin 2020 — Les compagnies aériennes ont reçu un accueil difficile à la commission de la santé de la Chambre des communes lundi, alors que les députés les ont interrogées sur l’absence de remboursement pour les clients dont les vols ont été annulés en raison de la pandémie de COVID-19.

Les parlementaires des trois principaux partis d’opposition ont demandé à savoir pourquoi les Canadiens qui ont payé pour un service qui n’a jamais été fourni n’ont pas encore récupéré leur argent.

Le critique conservateur en matière de santé Matt Jeneroux a déclaré que l’absence de remboursement était “insondable”, tandis que le député du Bloc Québécois Luc Thériault a souligné les 2,61 milliards de dollars de ventes de billets à l’avance dont Air Canada a fait état dans ses résultats trimestriels le mois dernier.

“Ce n’est pas votre argent – il n’y a pas eu de transaction. Où sont conservés les fonds? Où sont les fonds?” a demandé Luc Thériault à un dirigeant de la compagnie.

Des représentants d’Air Canada, de WestJet Airlines Ltd. et de Transat AT ont défendu le manque de remboursements en citant des crédits de magasin valables pendant au moins deux ans et des déclarations de l’autorité de régulation des transports du Canada.

La séance de la commission a eu lieu quelques heures après que le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que la santé publique l’emportait sur les préoccupations des compagnies aériennes et du secteur du tourisme concernant les restrictions de voyage en cours en raison de la crise du coronavirus.

“Je comprends combien c’est difficile et frustrant pour certaines personnes, mais nous savons qu’une réouverture trop rapide ou négligente entraînerait une résurgence qui pourrait bien nous obliger à nous enfermer à nouveau, à fermer l’économie, et personne ne veut cela”, a déclaré Justin Trudeau aux journalistes.

Air Canada et WestJet ont cité à plusieurs reprises une déclaration faite en avril par l’Office des transports du Canada, qui n’a pas exigé des compagnies aériennes qu’elles remboursent les détenteurs de billets pour les vols annulés pendant la pandémie.

“Le 22 avril, l’OTC a clarifié sa déclaration sur les crédits de voyage, selon laquelle les tarifs des compagnies aériennes ne prévoient pas toujours de remboursement en espèces, en particulier pour les cas échappant au contrôle de la compagnie“, a déclaré à la commission le responsable de la sécurité aérienne de WestJet, Jared Mikoch-Gerke.

Le tarif international de WestJet – le contrat entre la compagnie aérienne et le passager – stipule que “le tarif total payé pour chaque segment non utilisé (du voyage) sera remboursé” suite à un “défaut d’exploitation ou un refus de transport” par le transporteur.

Les compagnies aériennes n’ont pas été le seul objet de frustration des députés. Les fonctionnaires de Transports Canada ont également été confrontés à des questions sur les remboursements et les mesures sanitaires.

Ils ont demandé aux fonctionnaires pourquoi le Canada n’a pas suivi l’exemple de ses homologues du ministère américain des transports et de l’Union européenne en exigeant des transporteurs qu’ils remboursent pour recevoir un soutien financier.

“Nous comprenons qu’à ce jour, cela n’a pas été pleinement appliqué”, “un certain nombre de membres clés de l’Union européenne” regardant de l’autre côté des règles de remboursement de l’UE, a déclaré Lawrence Hanson, sous-ministre adjoint de la politique à Transports Canada.

“Le tarif existant n’a jamais envisagé un tel événement”, a-t-il ajouté. “De toute évidence, la situation actuelle ne semble pas particulièrement favorable… Ainsi, exiger soudainement le paiement des remboursements d’un seul coup, qui se chiffreraient en milliards de dollars, pourrait évidemment avoir des conséquences économiques importantes pour les compagnies aériennes”.

Les flux de revenus des compagnies aériennes sont tombés à 5% des niveaux d’avant la pandémie, avec des flottes stationnées et des fermetures aux frontières en cours, alors même que la demande de voyages intérieurs commence progressivement à reprendre.

La semaine dernière, les dirigeants de 27 entreprises canadiennes dans des secteurs allant de l’aviation aux banques et aux télécommunications ont appelé à une réouverture “mesurée” du ciel qui permettrait de reprendre les voyages dans toutes les provinces et entre certains pays.

L’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique, Theresa Tam, a qualifié la quarantaine de 14 jours pour les arrivants de l’étranger de “pierre angulaire” de la politique en matière de pandémie, a fait remarquer le porte-parole néo-démocrate en matière de santé, Don Davies.

“Lorsque nous commencerons à assouplir nos normes, il se peut que nous n’entrions en fait que dans une deuxième phase”, a-t-il déclaré, citant les flambées en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans plusieurs États américains à la suite de l’assouplissement des restrictions.

“Je ne suis pas ici pour être en désaccord avec le Dr Tam. Je ne suis pas médecin. Mais il y a plusieurs médecins et autorités sanitaires dans le monde qui prennent des décisions contraires”, a déclaré Ferio Pugliese, vice-président des relations gouvernementales d’Air Canada.

Une “stratégie calculée” avec des “couloirs aériens sûrs” entre des pays dont le taux d’infection est en baisse, a déclaré Howard Liebman de Transat.

De nombreux pays de l’Union européenne ont commencé à rouvrir leurs frontières aux membres de l’UE et à certains pays tiers. Le Manitoba et les provinces maritimes continuent de restreindre les voyages interprovinciaux, tandis que les voyageurs arrivant au Canada en provenance de l’étranger doivent s’isoler pendant deux semaines.

La semaine dernière, Justin Trudeau a prolongé l’interdiction des voyages non essentiels entre le Canada et les États-Unis jusqu’au 21 juillet au moins.

Nous devons avant tout veiller à la sécurité des Canadiens“, a déclaré le premier ministre lundi.

Justin Trudeau a également cité les aides financières disponibles dans tous les secteurs, notamment la subvention salariale fédérale ainsi que les prêts à partir de 60 millions de dollars pour les grandes entreprises.

Kevin Brosseau, sous-ministre adjoint chargé de la sûreté et de la sécurité, a souligné les mesures obligatoires comme les masques à bord des avions et, à partir du mois prochain, des contrôles de température au point de départ.

Transports Canada encourage les compagnies aériennes à maintenir les sièges intermédiaires vides, mais n’exige pas cette précaution. Toutefois, Kévin Brosseau a déclaré que cela n’a pas été exclu. “Je ne peux pas exclure qu’à mesure que le volume augmente, que les gens recommencent à prendre l’avion, ce ne soit pas une mesure que nous prendrons”, a ajouté Kévin Brosseau.

Pour l’instant, Air Canada et WestJet bloquent la vente des sièges du milieu ou adjacents en classe économique et dans tout l’avion, respectivement. Le transporteur ultra-low-cost Flair Airlines demande 49 dollars pour garantir un siège adjacent vide.

Source : La Presse Canadienne

Partagez nous!

Postes connexes

Menu