• dimanche le 24 janvier, 2021

Avis des agents: les snowbirds voyagent-ils encore cet hiver?

Partagez nous!

12 novembre 2020 – Alors que l’hiver approche à grands pas, de nombreux membres de l’industrie du voyage se demandent si les snowbirds garderont le cap et continueront leurs vacances, malgré les nombreux défis de la pandémie.

Ayant 55 ans et plus, les snowbirds, bien sûr, appartiennent à l’une des catégories d’âge les plus vulnérables en ce qui concerne la COVID-19. Et pourtant, ils font également partie des voyageurs les plus fervents et les plus fiables, avec le temps et les revenus disponibles qui en font un groupe démographique très convoité pour les agences et les agences de voyages.

Selon un récent sondage réalisé par 55places.com, basé à Chicago, envoyé à 1099 participants qui se considèrent généralement comme des snowbirds, 74% des adultes de 55 ans et plus prévoient toujours d’aller de l’avant avec leurs plans de migration cette année. En fait, davantage de répondants prévoient de se diriger vers le sud cette année par rapport à l’année dernière; 75% ont déclaré qu’ils prévoyaient toujours de faire du “snowbirding” cet hiver.

Bien sûr, ces chiffres peuvent différer considérablement pour les snowbirds canadiens qui doivent faire face à la quarantaine obligatoire de deux semaines au Canada, sans parler de la fermeture continue de la frontière canado-américaine. Comme la Floride a longtemps été un paradis pour les snowbirds, ce sera compliqué pour les amateurs de soleil qui cherchent à se diriger vers le sud pour l’hiver.

Christine James, vice-présidente Canada chez TL Network, a indiqué à notre rédaction que la plupart des clients – y compris les snowbirds – sont, pour la plupart, toujours dans un mode d’attente.

«De toute évidence, tous les snowbirds ne seraient pas prêts à voyager cet hiver, c’est une décision personnelle et chacun a sa propre zone de confort», dit-elle. “Mais la bonne nouvelle est que dans l’ensemble, nous constatons une légère augmentation des réservations semaine après semaine, nous prenons donc la bonne décision.”

DES RÉSERVATIONS LENTES POUR LA FLORIDE

Christine James, qui n’est pas surprise que les réservations pour la Floride soient «lentes» en raison du nombre élevé de cas de COVID-19 dans l’État, ajoute que les snowbirds envisagent désormais des destinations alternatives – et plus sûres -, comme le Portugal. Cependant, elle doute que quiconque voyagera jusqu’à la fin du nouvel an.

Sabine Hajje, directrice du TravelDesk à Markham, ON, a le même point de vue, racontant à notre rédaction que certains de ses clients snowbirds qui avaient hâte de retourner en Floride en septembre dernier ont maintenant reporté leurs plans à janvier dans l’espoir que le nombre de cas aura diminué d’ici là.

«Certains ont exprimé le désir de voyager dans le sud tout de suite, avant le début de l’hiver au Canada, mais leurs enfants et petits-enfants leur ont déconseillé de se rendre aux États-Unis en raison du nombre élevé de cas de COVID-19», déclare Hajje. «La plupart des snowbirds possèdent des propriétés aux États-Unis, comme la Floride et Phoenix, et ont hâte de se rendre dans leurs propriétés dès qu’ils le pourront.»

Cheryl Coleman, du siège social de The Travel Agent Next Door à Toronto, et basée à Springbrook, AB, ne voit pas non plus beaucoup d’activité des snowbirds. Même si elle dit que ses clients «ont envie de planifier maintenant», ils restent craintifs et ne sont pas prêts à voyager aux États-Unis pour le moment. Elle dit que les Caraïbes, dont la plupart ont rouvert leurs portes, sont une bonne alternative. Coleman elle-même se rendra bientôt de Calgary à Cancun et prévoit de documenter son expérience pour montrer à ses clients qu’il est en effet sûr de voyager.

Mais il y a des agents de voyages qui voient l’intérêt des snowbirds maintenant, notamment Carol Murray, présidente de Your Vacation Home à Concord, ON. Elle dit qu’environ la moitié de ses clients snowbirds sont prêts à voyager dans le sud cet hiver, certains préférant les Caraïbes au sud des États-Unis. Elle cite le Mexique, le Costa Rica, la République dominicaine et la Jamaïque parmi les destinations les plus recherchées par ceux qui souhaitent voyager en ce moment.

«Je les rassure sur le fait que les voyages aériens sont sûrs et faciles à l’heure actuelle, que les compagnies aériennes ont mis en place toutes les précautions et qu’il y a très peu de preuves de transmission à bord. Les complexes et hôtels suivent également tous les protocoles, et les voyagistes comme Sunwing, WestJet et Vacances Air Canada intensifient non seulement leurs protocoles de nettoyage, mais aussi des assurances et des options de réservation flexibles », dit Murray. «Nos fournisseurs de villas suivent également les mêmes protocoles de sécurité, et certains peuvent penser que c’est une option encore meilleure puisque vous pouvez louer une propriété et avoir un espace privé séparé des autres.

«À mon avis, il n’y a aucune raison de ne pas partir vers le sud cet hiver si vous avez vraiment envie de vous évader», ajoute-t-elle. “Nous pouvons couvrir les options et aider le client à choisir la bonne option pour lui.”

Kim Paquette, planificatrice de voyages chez TPI, explique qu’environ 50% de ses clients canadiens des snowbirds de l’Ontario se rendent en Floride cet hiver, tandis qu’environ 20% de ceux des Maritimes sont prêts à s’aventurer dans leur propriétés en Floride.

«Beaucoup ont déjà rendu compte de leurs arrivées et du fait que cela ne diffère vraiment pas d’ici. Ils sont tous satisfaits de leur décision. Plusieurs personnes qui ont embauché des entreprises de transport pour faire traverser leur véhicule à la frontière ont également partagé leurs expériences, et de plus en plus partent ce mois-ci », dit-elle

Paquette elle-même rejoindra les rangs cette saison des fêtes – si tout se passe bien, elle prévoit également d’être en Floride pour le nouvel an.

«Pour moi, les avantages de recevoir le soleil et la chaleur quotidiens l’emportent sur le risque de contracter le COVID-19», dit-elle. «La santé émotionnelle est très importante pour mon bien-être général.»

Source: Cindy Sosroutomo pour le groupe Travelweek

Partagez nous!

Postes connexes