• vendredi le 14 août, 2020

[ENTREVUE] Où est la réciprocité? Air Canada craint que les privilèges d’entrée Canada-Europe cessent rapidement!

Partagez nous!

Article extrait de la publication “Où est la réciprocité? Air Canada s’exprime sur les privilèges d’entrée Canada-Europe, ainsi que la demande internationale et Sud” de CINDY SOSROUTOMO, publié sur Travelweek le 13 juillet.

13 juillet 2020 – La demande pour les routes internationales a été «étonnamment forte» compte tenu des circonstances, indique Air Canada, mais si le Canada n’accorde pas prochainement des privilèges d’entrée mondiaux, nous pourrions voir plus de pays revenir sur leur décision d’autoriser les Canadiens à entrer.

Dans une entrevue exclusive avec Travelweek, Virgilio Russi, directeur général des ventes, International d’Air Canada, a déclaré que malgré un horaire d’été considérablement réduit (réduit de moins de 50%), ainsi que l’avis de voyage non essentiel et obligatoire en cours au Canada, la quarantaine de 14 jours au retour pour tous les Canadiens et visiteurs en réponse à la pandémie de COVID-19, la compagnie aérienne continue de connaître une très forte demande, en particulier pour les itinéraires de loisirs comme Athènes et Rome.

Cela, a ajouté Russi, est en partie dû à la récente décision de l’UE d’autoriser les voyageurs d’une liste restreinte de pays, dont le Canada, à entrer à partir du 1er juillet. Mais avec les frontières du Canada toujours fermées à pratiquement tous les voyageurs mondiaux, l’UE pourrait très bien le faire un volte-face.

«D’un point de vue européen, ils se sont ouverts au Canada, considérant que le Canada est un pays sûr, et l’on s’attend à ce que le Canada considère l’Europe et traite l’Europe de la même façon», a déclaré Russi. «Mais le Canada a l’une des approches globales les plus restrictives au monde et, malheureusement, nous constatons déjà un peu de recul. La Belgique, par exemple, vient d’annoncer qu’elle ne s’ouvrira plus au Canada. »

Étant donné que la situation mondiale change presque quotidiennement, Air Canada est obligée d’ajuster les routes au besoin, ajoutant plus de capacité lorsqu’une demande élevée n’était pas initialement prévue, et réduisant la capacité lorsque le fardeau réglementaire s’est avéré trop difficile. Cela a été le cas à Hong Kong, a déclaré Russi.

«Nous, avec American, United, Air France et d’autres, venons de suspendre Hong Kong, qui a testé tous ceux qui arrivent. Mais il y a quelques jours, ils ont également commencé à tester nos équipages. Cela ajoute une complication car nos équipages y arrivent et ils doivent attendre parfois 3-4 heures pour être testés, ce qui va dans leur temps de repos. Si l’un d’eux est positif, cela remet en cause le vol suivant parce que vous ne pouvez pas revenir sans l’équipage », a-t-il déclaré.

En réponse, Air Canada travaille actuellement sur un protocole d’essai commun qui permettrait à ses équipages de conduite d’être testés avant de quitter le Canada. Il reste à voir si Hong Kong reconnaîtra un tel test, mais Russi maintient qu’il serait toujours d’un grand service pour la compagnie aérienne.

“Au moins, nous saurons que si nos équipages sont négatifs avant de partir, la probabilité qu’ils soient positifs 15 heures plus tard est très, très faible”, a-t-il déclaré. “Nous allons probablement déployer le test très rapidement, avec un peu de chance pour Hong Kong dans les prochains jours.”

Cela remet en question la nécessité de normaliser les tests, les exigences d’entrée et les protocoles de sécurité dans le monde. À l’heure actuelle, les restrictions de voyage varient considérablement d’un pays à l’autre, et même d’une province à l’autre au Canada. Ces incohérences, a déclaré Russi, ajoutent de nouvelles complications pour les compagnies aériennes.

«Il y a beaucoup de problèmes réglementaires, ce qui, à mon avis, est le plus grand défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Nous essayons de construire ce cadre réglementaire qui prendrait normalement des années à construire, et nous essayons de le faire en quelques semaines avec autant de pays », a-t-il déclaré. «Nous devons développer des protocoles que tout le monde accepte en ce moment parce que chaque pays fait sa propre chose. J’applaudis l’Europe d’avoir pu obtenir un protocole de l’Union européenne pour tout le monde – ils donnent l’exemple et ils ont fait un excellent travail. »

Russi n’a pas tardé à ajouter que cela ne signifie pas que le Canada devrait ouvrir ses frontières à tout le monde, mais qu’un processus plus sélectif est nécessaire.

“Avons-nous vraiment besoin de mettre en quarantaine tous ceux qui viennent au Canada, même s’ils viennent d’un pays où il n’y a aucun cas?” se questionne-t-il. «La quarantaine de 14 jours tue vraiment le trafic des entreprises et limite le trafic des loisirs dans une large mesure.»

Les Canadiens étant confrontés à la perspective décourageante d’une quarantaine de deux semaines à leur retour au pays, ils doivent également maintenant tester le COVID-19 avant leur départ vers un nombre croissant de destinations, en particulier dans les Caraïbes. Sainte-Lucie, Antigua, Curaçao et Belize ont toutes récemment annoncé des tests pré-voyage obligatoires, seuls les tests négatifs dans un certain nombre de jours avant le voyage étant autorisés à entrer.

«Telle a été la tendance dans l’ensemble des Caraïbes, mais comme vous le savez, les tests ne sont pas facilement disponibles au Canada, dans chaque province. Vous ne pouvez pas simplement vous rendre à la pharmacie et vous faire tester », a déclaré Russi. “C’est un fardeau supplémentaire pour les voyageurs. Je ne pense pas que ce soit nécessairement une mauvaise chose; le pré-test est bien meilleur que les quarantaines et ne permet pas aux gens d’entrer du tout. Mais nous devons trouver des moyens pour les gens d’accéder plus facilement aux tests au Canada afin qu’ils puissent monter à bord d’un avion dans un court délai. »

En raison de tous ces défis, de nombreux Canadiens renoncent certainement à voyager jusqu’en 2021 et au-delà. Mais avec plusieurs destinations soleil ayant connu de bons coefficients de remplissage au cours des dernières semaines, en particulier aux Bahamas et au Mexique, les Canadiens se révèlent également très résistants.

“Ce que nous voyons, c’est que les gens veulent voyager, nous le faisons tous après cinq mois à la maison, et je pense qu’ils veulent la plage et les espaces ouverts plutôt que des expériences dans les grandes villes pour le moment”, a déclaré Russi. “Même avec tout ce qui se passe, nous constatons toujours une très forte demande, les gens continuent de voyager, ce qui est une très bonne chose.”

Auteur: CINDY SOSROUTOMO

 

Partagez nous!

Postes connexes

Menu