• lundi le 10 août, 2020

[Manaus] Histoire & culture en Amazonie

Partagez nous!

Franck Laboue
L’aventurier épicurien
Lire plus d’articles de Franck

MANAUS : IL ÉTAIT UNE FOIS UN OPÉRA

Découvrir le Brésil était l’un de mes plus grands rêves de voyageur. L’appel des Tropiques, de l’accent portugais, de la musique gorgée de soleil, de l’architecture baroque… et surtout d’une rencontre rêvée depuis longtemps avec Manaus, la cité de la jungle. Loin des plages de Rio, cette ville et son histoire unique au monde m’attiraient plus que tout. En pleine forêt, au cœur de l’Amazonie, j’ai trouvé les vestiges de la “Fièvre du Caoutchouc”. Un boom économique et culturel qui donnera naissance à la fin du 19e siècle au célèbre Théâtre de Manaus. Suivez-moi sur les traces d’un Brésil oublié, à la rencontre d’une époque fastueuse et décadente.

balcons opéra Manaus

LA RUÉE VERS L’OR VERT : FIÈVRE DU CAOUTCHOUC

toit opéra de ManausQu’est-ce qui m’a poussé dans cette cité bétonnée de 2 millions d’âmes ? C’est à Manaus, donc, que je fais mes premiers pas au Brésil. Une chaleur étouffante m’accueille et m’écrase sur le tarmac de l’aéroport. En chemin vers le centre historique, mes yeux recherchent déjà les traces du “Vieux-Manaus”, en vain. Je ne vois qu’embouteillages, marchés de fruits, habitants bigarrés et blocs de béton en guise d’architecture. Les rives du plus imposant fleuve du monde me laissent rêveur; je ferme les yeux le temps de revenir dans le passé, pour retrouver le Manaus d’antan.

On connait tous la célèbre ruée vers l’or, celle qui, au milieu du 19e siècle, déclencha une furie sans précédent. En Amazonie, à la fin du 19e siècle, ce fut l’appel du caoutchouc. Dans cette contrée, l’hévéa pousse naturellement et fait l’objet d’enjeux économiques de première importance. C’est de cet arbre que l’on extrait le caoutchouc, produit de base pour la fabrication des pneus. L’automobile connait alors un développement imposant et entraîne une demande pour le caoutchouc. La “Fièvre du Caoutchouc” connut alors son apogée entre 1879 et 1912. Imaginez : cela représente 40 % des exportations du pays, soit autant que le café ! Manaus reflète le faste de cette époque; les grandes fortunes se créent mais aussi les grandes misères. Les Indiens sont réduits à l’esclavage et les récolteurs vivent une vie de forçats.

Intérieur opéra Manaus Brésil Intérieur opéra Manaus Brésil sièges opéra de Manaus Statue et dôme de l'Opéra Manaus

LA CITÉ AU CŒUR DE L’AMAZONIE

Cette furie va radicalement transformer la ville, elle qui n’était qu’une petite cité de garnison, encore recouverte de palmes. Pensez-y, au début du 20e siècle, la population grimpe vite à 50 000 habitants; des palais somptueux et des villas s’alignent le long d’imposantes avenues bordées d’arbres. L’influence européenne est visible, dans l’architecture, mais aussi dans le mode des vie des habitants de Manaus. Les nouveaux riches firent couler le champagne, le cognac et les vins français à flots, de grands cafés au personnel européen émergèrent sur les boulevards.

En regardant la ville aujourd’hui, j’ai presque du mal à imaginer ce faste. Ici, au milieu des bateaux du port, sous cette moiteur infernale, je pense à ces hommes en costume affublés de leurs chapeaux, traversant des rues propres et soignées… et je trouve cela inimaginable.

Incroyable, même, de penser que Manaus fut la première ville du pays à installer l’éclairage électrique en 1898 ! Le tramway électrique fait son apparition un an plus tard; Manaus devient alors l’une des villes les plus riches du monde. Les pavés des rues sont importés du Portugal, les tuiles des toits de Marseille… quel trajet pour ces bateaux venus d’Europe ! Remontant les 1600 km du fleuve Amazone à l’intérieur des terres, ils débarquent alors leur marchandise au milieu de la jungle.

Près du marché, sur ce port qui accueille encore tant de navires, je croise un des rares vestiges de ce passé : la vieille douane (Alfandega), un superbe bâtiment perdu sous les eaux qui inondent la ville.

Marché de Manaus Manaus inondée Place Sebastiao Manaus 

DES BARONS TOUT-PUISSANTS

Je continue ma balade rêveuse dans les rues animées de Manaus. Les façades sont fatiguées, les fenêtres entourées de fer forgé fané par le temps; les rares couleurs des bâtisses s’effacent. Encore aujourd’hui, c’est une ville fascinante à plus d’un titre. On vient y admirer la rencontre des eaux sur le fleuve Amazone : elle est la porte d’entrée pour l’Amazonie.

Ce qui m’a toujours fasciné, ce sont les légendes qui entouraient les fameux “Barons” du caoutchouc, symboles de la décadence de cette époque. On dit que les négociants de Manaus étaient tellement riches qu’ils faisaient laver leur linge à Paris, l’eau de l’Amazonie étant jugée impropre.

Leur or à eux coulait des hévéas ! Comme pour le métal doré, on pensait le tout inépuisable. Les enfants des planteurs avaient des précepteurs français, ou allaient même étudier à Paris et à Oxford. C’est un luxe inimaginable, qui contraste drastiquement avec la vie des “Seringueiros” (ceux qui récoltent la gomme du seringua – l’hévéa). Comme à chaque époque faste, c’est à qui fera le plus étalage de sa richesse. Mais, tout a une fin et les graines d’hévéas furent plantées par les Anglais en Malaisie, ce qui signifia le déclin économique de Manaus, dès les années 1920.

Ancienne douane Manaus

Statue historique Manaus

LE TEATRO AMAZONAS, SYMBOLE D’UN PASSÉ RÉVOLU

Teatro AmazonasL’Opéra de Manaus, inauguré en 1896 par les riches planteurs, est encore aujourd’hui l’attraction exotique suprême pour les voyageurs du monde entier. À lui tout seul, il représente le faste de son époque, la folie et la décadence des planteurs, la richesse de la belle époque. Je suis plutôt ému en apercevant son dôme reconnaissable parmi tant d’autres et les couleurs de ses tuiles brillant sous le soleil.

Construit en imitant les plans de l’Opéra Garnier de Paris, il est tout comme Manaus : rempli de légendes. Fermé entre 1924 et 1975, il n’a pourtant retrouvé sa vocation première qu’à l’orée du millénaire. Devant l’opéra s’étend la place Sao Sebastiao, recouverte de pavés noir et blanc représentant la “Rencontre des eaux”. Elle est un ajout de charme au cœur historique de la ville. Je choisis une visite guidée de l’opéra; je suis impatient, c’est le moment de retrouver, le temps d’une visite, un peu de la magie d’autrefois.

Plus de 15 années furent nécessaires à sa construction. Un autel dédié au lyrisme et au beau en plein cœur de la jungle; c’est la décadence totale ! L’Opéra de la jungle est un symbole, les tuiles vernissées de la coupole viennent d’Alsace, les pierres du Portugal, les marbres de Vérone et les lustres de Murano. Orgie de luxe. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’on appelait Manaus le Paris des Tropiques”.

La salle principale est majestueuse: elle possède un charme qui me fait m’assoir instantanément sur les sièges en velours rouge qui ornent la pièce. Je fantasme en fermant les yeux, essayant de m’imaginer l’époque où l’on prétendit que les mythiques “Caruso” et Sarah Bernhardt” y firent des représentations. Enfin, je passe dans la salle de bal, relique intemporelle et symbole à elle toute seule des fêtes d’antan.

Vieilles demeures Manaus Vieux port architecture 

MYTHE DE LA “BELLE-ÉPOQUE”

Des fortunes furent englouties par le gouvernement local de l’État d’Amazonas pour faire renaître l’Opéra de ses cendres. Aujourd’hui, plus de 3000 emplois sont reliés à l’Opéra. Quatre orchestres y jouent toujours et vous aurez peut-être la chance d’assister à une représentation.

Fierté des Brésiliens, il a retrouvé son faste d’autrefois. Je sors de l’opéra et retrouve le tohu-bohu de Manaus. En marchant dans les rues de la cité en direction du fleuve, je suis encore un peu dans ma bulle. Je venais de vivre mon rêve d’histoire, un rêve éveillé dans l’une des cités les plus mythiques de notre temps.

Dans le bateau qui m’emmène sur les eaux de l’Amazone, installé dans mon hamac, je regarde Manaus s’éloigner. Un sourire heureux se forme sur mes lèvres; j’ai réalisé mon rêve. Au soleil couchant, je repense au fabuleux film de Werner Herzog : Fitzcarraldo. Histoire fantastique de l’époque des barons, elle nous permet de suivre le personnage incarné par Klaus Kinski traversant l’Amazonie sur son bateau pour réaliser son rêve de voir un opéra à Manaus. On nous y montrait même les serviteurs des riches faisant couler le champagne dans les abreuvoirs pour les chevaux devant l’opéra. Image même de la folie des hommes qui colle si bien à la peau de la cité.

3 incontournables

  • L’opéra de Manaus, mythe de la ville. Vous ne pourrez pas passer à côté de ce célèbre bâtiment, ni, bien entendu, de la visite de la salle de bal !
  • Déambuler sur le port : toute l’énergie de la ville est concentrée en un lieu, soit un marché local, style Eiffel en fer forgé. Bâtiments d’époque et bateaux seront au rendez-vous.
  • La rencontre des eaux : un spectacle étonnant, le temps d’une excursion au large de Manaus. Les rivières Solimoes et Rio Negro se rencontrent pour former le fleuve Amazone.

3 avantages

  • Point de départ des excursions pour la jungle d’Amazonie. 
  •  Accès par l’aéroport international depuis toutes les grandes villes du pays.
  • Permet de découvrir une facette historique unique en Amérique du Sud.

3 inconvénients

  • Le coût des vols intérieurs pour se rendre à Manaus.  
  • La moiteur de l’Amazonie.
  • Le peu de diversité des hébergements (les visiteurs sont souvent de passage).

Pour qui ?

  • Les amoureux d’histoire, en quête du passé fabuleux de la ville. 
  • Les amateurs de nature, pour qui la ville sera le tremplin de toute excursion.
  • Les curieux de tous bords, attirés par des endroits inusités, et peu amateurs de plages.

Comment y aller ?

Aucune route ne se rend à Manaus ! Deux moyens sont à votre disposition : soit un vol intérieur depuis Brasilia, Rio ou Sao Paulo, par exemple, ou remonter le fleuve Amazone en bateau depuis son embouchure à Belem. Toute une expérience.

Quand y aller ?

D’octobre à mars, l’été d’Amérique du Sud; vous éviterez ainsi les crues de l’Amazone, mais pas la chaleur caniculaire.

Budget à prévoir

Un tour guidé de l’Opéra coûte 20R$. La ville reste bon marché pour son hôtellerie, comptez environ 80$C pour une nuit à Manaus. Je vous conseille un séjour d’au moins deux jours pour mieux apprécier la cité.

Verdict du chroniqueur

Trésor historique du Brésil, c’est l’une de mes villes fétiches ! Considérez Manaus lors de votre circuit au Brésil. Porte d’entrée des forêt d’Amazonie, elle est l’âme historique de la région, et un point de départ pour la descente de l’Amazone en hamac, une aventure à elle toute seule !

À voir

Fitzcarraldo (Werner Herzog – 1982). Film culte et fou de Werner Herzog. C’est un peu le “Apocalypse Now” d’Amérique du Sud, soit un trajet avec Klaus Kinski au coeur de la forêt teintée de folie. Film à l’ambition folle, beauté du cinéma d’auteur pré-ère numérique. Un chef-d’œuvre du cinéma allemand.

Partagez nous!

Postes connexes

Menu