• mardi le 24 novembre, 2020

“Il faut faire les choses bien du premier coup” : les agents s’expriment sur les plans de reprise des croisières

Partagez nous!

23 octobre 2020 — Peu de secteurs de l’industrie du voyage ont été aussi durement touchés par la COVID-19 que la croisière. Même les compagnies aériennes, bien que très affectées, continuent de fonctionner de manière limitée. Pour les compagnies de croisière, la pandémie a entraîné l’arrêt complet de leurs activités.

Le mois dernier, le CDC a prolongé son interdiction de naviguer jusqu’au 31 octobre pour les navires quittant les États-Unis.

Les compagnies de croisière ont relevé les défis de la COVID-19 avec vigueur et innovation, en formant des groupes de travail comme NCLH et le Healthy Sail Panel de Royal Caribbean Group, afin de répondre et de dépasser les nouvelles exigences en matière de sécurité de la navigation.

Avec le travail déjà en cours sur les nouveaux protocoles et la reprise des croisières en Europe avec des compagnies de croisière comme MSC et Costa, les hauts responsables étaient présents à la récente conférence Seatrade Cruise Virtual 2020 et on leur a demandé s’ils pensaient que les navires pourraient quitter les États-Unis d’ici la fin de l’année.

Les quatre dirigeants – Arnold Donald, PDG de Carnival Corp ; Frank Del Rio, PDG de Norwegian Cruise Line Holdings (NCLH) ; Pierfrancesco Vago, président exécutif de MSC Cruises ; et Richard Fain, PDG de Royal Caribbean Group – ont abordé la question de 2020, et ont également parlé de tester tous les passagers et l’équipage, ainsi que de l’avantage que les navires de croisières ont d’être une ville flottante, par rapport à presque toutes les autres formes de voyage.

Les responsables des croisières ont également pesé le risque de dommages durables pour l’industrie en raison de la nouvelle couverture de quarantaine des navires en février et mars 2020.

Voici deux des principales idées évoquées par les responsables des compagnies de croisières, ainsi que les réactions des agents de première ligne et de Vanessa Lee, présidente de Cruise Strategies.

TESTER TOUS LES PASSAGERS ET L’ÉQUIPAGE

Les membres d’une compagnie de croisières océaniques de la CLIA affirment que leur retour en service hautement contrôlé dans les Caraïbes, au Mexique et en Amérique centrale comprendra un test de 100 % des passagers et de l’équipage avant l’embarquement. Le protocole s’appliquera à tout navire de 250 passagers ou plus, et un test négatif sera exigé pour l’embarquement.

“Aucune autre industrie dans le monde ne procède à des tests à 100 %”, a déclaré Richard Fain de Royal Caribbean Group. Le Vago du MSC a ajouté : “La promesse de tester à 100% est unique, c’est incroyable. Le vaccin ne sera pas un miracle. Les tests seront la solution“.

RÉACTIONS : Vanessa Lee de Cruise Strategies dit que l’engagement de tester à 100% est un grand pas en avant, qui, espérons-le, aidera à convaincre le CDC que les croisières en provenance des États-Unis peuvent revenir lentement et en toute sécurité dans les prochains mois.

“Il n’y aura pas d’autre segment du secteur du voyage et du tourisme qui puisse s’accommoder d’un tel protocole de sécurité et, avec un soin et des conseils appropriés, je considère que cela changera la donne pour la reprise des croisières plus tard cette année et en 2021“, a déclaré Vanessa Lee.

Les compagnies de croisières pourraient-elles aller plus loin dans les tests? Michelle Whalen d’Uniglobe Enterprise Travel à London (Ontario), estime que les compagnies de croisière devraient envisager de procéder à des tests encore plus fréquents : “Envisager des tests entre les escales? Avant le débarquement? Je ne sais pas si c’est faisable. Il faut au moins que 100% des passagers et de l’équipage soient testés avant l’embarquement. Selon moi, cela aurait dû être le protocole depuis le début”, dit Michelle Whalen.

LES NAVIRES PRENDRONT-ILS LA MER D’ICI FIN 2020?

Les réactions des dirigeants des compagnies de croisière ont été mitigées sur ce point. Arnold Donald de Carnival Corp. a déclaré qu’il était optimiste quant à la reprise des croisières d’ici la fin 2020. Tout comme Richard Fain. “Les croisières en Europe nous ont servi d’essai et elles ont été très réussies“, a déclaré Richard Fain.

Frank Del Rio du NCLH s’est montré plus prudent.Ce n’est pas une course et je ne suis pas pressé d’être le premier à partir“, a-t-il déclaré. Frank Del Rio a ajouté que les 74 recommandations du Healthy Sail panel sont un défi de taille, “et certaines sont plus faciles à réaliser que d’autres”.

Le NCLH a récemment prolongé la suspension de ses activités jusqu’au 30 novembre, ce qui a eu un impact sur le NCL, Oceania et RSSC. “Il faut du temps pour redresser un navire”, a déclaré M. Del Rio. “Ce n’est pas comme allumer un interrupteur, il y a beaucoup d’étapes.” Il a ajouté : “Que l’on soit le 22 décembre ou le 3 janvier, je pense que cela revient au même.”

Les dirigeants de l’industrie des croisières ont fait des miracles au milieu de la pandémie, collaborant comme jamais auparavant pour faire repartir leurs navires.

RÉACTIONS : Leur optimisme pour la fin de l’année 2020 est-il fondé? Les agents l’espèrent.

Mais les agents ont aussi beaucoup de retours de leurs clients. Ici au Canada, même si les navires reprenaient la mer depuis les États-Unis, de nombreux voyageurs canadiens hésiteraient. Il y a aussi la question de la frontière canado-américaine encore fermée, récemment prolongée jusqu’au 21 novembre.

Je ne pense pas que nous soyons prêts à naviguer avant la fin de l’année 2020. J’aime l’esprit optimiste, mais les chiffres aux États-Unis sont encore beaucoup trop élevés pour justifier cet optimisme“, déclare Michelle Whalen. “Quand il s’agit d’être prêt à naviguer, il faut faire les choses bien du premier coup.”

Karen Marsh, directrice d’Expedia à St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador), déclare que tant que les États-Unis ne maîtriseront pas leur nombre de cas, de nombreux clients disent qu’ils ne feront pas de croisière de sitôt, “parce qu’ils ne veulent pas prendre le risque de partir d’un port américain en ce moment”. Beaucoup disent également à Karen Marsh qu’ils ne partiront pas en croisière tant qu’il n’y aura pas de vaccin.

L’agent Mary Lynn Villeneuve de TravelOnly, affirme que le redémarrage ne se fera pas à la légère. “Je trouve formidable que notre secteur des croisières soit optimiste quant à un redémarrage avant la fin de 2020, mais est-ce que je le vois se produire? Probablement pas. Nous voyons déjà des croisières reportées jusqu’à la fin novembre et même jusqu’au printemps prochain. Nous sommes déjà à la mi-octobre. À mon avis, le redéploiement des équipages, la formation aux nouveaux protocoles de santé et de sécurité prendront plus de temps que prévu. Je pense donc que le début du printemps 2021 est plus réaliste“.

 

Source : Kathryn Folliott pour Travelweek

Partagez nous!

Postes connexes