• dimanche le 24 janvier, 2021

La discipline, une bête à dompter

Partagez nous!

Vous arrive-t-il d’avoir tellement de choses à faire qu’arrivé à la fin de la journée, vous n’avez pas réussi à accomplir la moitié de votre liste? Vous arrive-t-il de remettre à plus tard et de vous répéter «je dois faire ça aujourd’hui, je dois faire mes cinq appels de clients chaque jour, je dois encore comptabiliser mes dépenses à chaque fin de mois, je dois faire mon ménage, je dois prendre du temps pour moi, je dois aller m’entraîner, je dois, je dois, je dois». Et que vous ne le faites pas… Repoussez-vous sans cesse la tâche, jusqu’à arriver au point où vous n’avez plus le choix? Ou bien vous remettez simplement à plus tard parce que 24 heures dans une journée, ce n’est pas assez! Oui, la discipline est un «animal sauvage» à apprivoiser pour ne pas s’arracher les cheveux de sur notre tête et de ne pas nous laisser ronger par le stress.

La bête à dompter, c’est vous!

Je perçois, chez plusieurs personnes, une énorme créativité… et ça m’impressionne toujours. Ça m’impressionne parce que cette créativité est utilisée pour mieux user de procrastination, pour trouver des excuses incroyablement brillantes afin de ne pas accomplir certaines tâches, pour éviter ce qui, pourtant, pourrait faire du bien et permettre d’avancer! Pourquoi choisit-on alors de ne pas aller dans cette direction? L’allusion à la bête pour moi signifie que, parfois, j’ai l’impression qu’on se sous-estime énormément, que nous avons peur de nous-mêmes, que nous avons peur de nous faire «mordre»! La confiance en notre capacité, en nos talents et en notre force pourrait prendre le dessus si seulement on se regardait bravement, droit dans les yeux. Comme lorsque l’on dit de regarder un chien droit dans les yeux pour ne pas lui démontrer que l’on a peur. Vaincre cette peur de soi-même, prendre un moment pour se comprendre et se demander pourquoi nous n’avons pas de discipline sur tel ou tel aspect de nos vies. Pour ma part, je me suis posé la question par rapport à l’exercice physique, et voici ce que j’ai trouvé.

Ma discipline de vie

Je me demandais toujours pourquoi c’était un effort épouvantable quand venait le temps de faire de l’exercice. Je sais, tout comme vous, que j’en ai besoin pour tenter de garder un équilibre de vie saine et me permettre de me sentir mieux. Pourtant, c’était un combat avec moi-même chaque fois que je tentais de m’inscrire à un cours et me dire «il faut que je fasse de l’exercice». J’ai découvert, récemment, que ma personnalité de rebelle confrontait l’idée d’être obligée à me discipliner. Inconsciemment, je créais ce combat intérieur et reliais mentalement «activité physique» avec «ennui» et «obligation». Je n’avais pas trouvé d’activité qui me plaisait et qui me permettrait de voir la «tâche» comme un «plaisir», comme étant quelque chose d’agréable. Je me suis arrêtée et j’ai essayé différents trucs. Je peux, aujourd’hui, vous confirmer que j’ai enfin trouvé: le tennis fait partie intégrante de mon horaire de la semaine et j’adore ça! J’ai réalisé que je fonctionnais au défi. Donc, quand on m’a dit qu’il fallait monter le mont Washington avec mon groupe de l’école d’entrepreneurship de Beauce (un super concept d’éducation pour les chefs d’entreprises), je me suis retrouvée avec un programme d’exercices à faire 2 à 3 fois par semaine! Eh bien, pour «la bête rebelle» qui venait mentalement se buter contre l’idée de se discipliner et de suivre un programme d’entrainement… Je me surprends à aimer ça! En plus, avec le beau temps qui se pointe, je vais remplacer une répétition de mon programme par une montée en montagne dans ma région, question d’admirer la nature et de respirer de l’air frais au lieu des marches de mon entrée de condo!! (sans me sentir mal ou bien coupable de ne pas travailler). Au contraire, je serai plus productive que jamais!). Constat: trouver ce qui vous intéresse, ne pas vous forcer ou vous obliger constamment à faire des choses qui ne vous disent rien. Si vous détestez le gym comme moi, n’essayez pas d’aller vous inscrire et espérer que «votre bête» se disciplinerait à y aller! Oubliez ça, vous allez simplement vous créer une pression, un stress et une culpabilité parce que vous n’y allez pas!

Ce principe simple est applicable dans tout ce que vous décidez de faire de vos journées. Organisez votre horaire de manière à être fier de vous. Sentez que vous avez vraiment choisi ce que vous faites, ainsi la discipline que vous vous imposerez pour réaliser certaines choses demeurera saine et plus facile à respecter.

 

Avec passion,

Ariane Cloutier – ariane@professionvoyages.com

 

Partagez nous!

Postes connexes