• mardi le 29 septembre, 2020

L’avenir de la croisière dans les Caraïbes selon Royal Caribbean, MSC et Carnival

Partagez nous!

27 juillet 2020 – Rick Sasso ne mâche pas ses mots lorsqu’il décrit l’impact de la COVID-19 sur l’industrie des croisières et le monde en général. “Je pense que c’est une catastrophe médicale, un cauchemar logistique et un Armageddon financier.”

Mais Rick Sasso, qui est maintenant le président de MSC Cruises pour l’Amérique du Nord et un vétéran de l’industrie des croisières avec plus de 40 ans d’expérience, est également infaillible dans son optimisme quant aux perspectives de la croisière.

“J’appelle cela “le nouvel anormal”, dit-il. Et l’adversité apporte bel et bien quelques opportunités. Nous avons passé trois à quatre mois sans recette, sans source de revenus. Heureusement, nous avons aussi connu des décennies de croissance incroyable. Oui, ce succès a été profondément interrompu. Mais nous nous en sortirons. Nous ne recommencerons pas à naviguer si ce n’est pas sûr et sain. Mais nous trouverons un moyen de revenir aux années rentables”.

Rick Sasso s’est exprimé ce matin lors de la session CTO Facebook Live, dans le cadre d’un forum sur les croisières, auquel participaient également Marie McKenzie, vice-présidente des relations gouvernementales pour les Caraïbes de Carnival Corporation, et Russell Benford, vice-président des relations gouvernementales pour les Amériques de Royal Caribbean.

Le forum, baptisé “Riding the storm: A Discussion on the Role of Cruise Lines in Caribbean Travel in Light of COVID-19’” (Surfer sur la tempête: débat sur le rôle des compagnies de croisière dans les voyages aux Caraïbes à l’ère du covid-19), a été organisé par Johnson JohnRose, expert en communication du CTO.

L’IMPACT SUR LES CROISIÈRES

Les intervenants du forum ont été francs quant à l’impact de la pandémie sur leurs activités. “Cela a été un véritable défi”, a déclaré Marie McKenzie de Carnival Corporation. “Nous avons pris un coup assez important. Nous ne gagnons absolument aucun revenu pour le moment.”

Mais la puissance de la croisière et la fidélité des amateurs de croisière (et des agents de voyage) sont telles que même sans marketing, “nous constatons toujours une demande”, ajoute-t-elle.

Marie McKenzie note que Carnival Corp. a récemment annoncé le retrait de 13 de ses navires. “Au cours d’une année normale, nous pourrions retirer deux navires. Nous avons observé cela et nous nous sommes demandé si nous devions accélérer le processus”.

Carnival Corp. réduit également son programme de construction de nouveaux navires, de neuf à cinq, jusqu’à la fin 2021.

Selon Marie McKenzie, “Carnival Corporation a une présence mondiale, et nous examinons la situation dans son ensemble. En tant qu’industrie, nous allons devoir redonner confiance aux consommateurs. Et nous voulons nous assurer que les navires que nous avons sur le marché répondent à la demande”.

Le point positif pour la croisière jusqu’à présent est la demande future. “Nos données sur les ventes montrent que nos consommateurs veulent vraiment remonter à bord de nos navires”, déclare Russell Benford, de Royal Caribbean.

Comme Carnival Corp, le groupe Royal Caribbean a profité de cette période pour examiner tous les aspects de ses activités et a annoncé cette semaine la finalisation de l’acquisition de Silversea. Le groupe s’est également associé au NCLH pour créer le Healthy Sail Panel, qui étudie les protocoles de santé et de sécurité susceptibles de s’appliquer à l’ensemble de l’industrie. Les documents générés par le Healthy Sail Panel seront des sources publiques, a déclaré Russell Benford.

Le défi ne consistera pas à faire remonter les voyageurs à bord des navires, affirme Rick Sasso. “Ce sont les premiers croisiéristes qui sont peut-être les plus difficiles à réengager. Il y a vingt ans, les vacances en croisière étaient une pensée secondaire. Aujourd’hui, nous sommes devenus un courant dominant. [Les croisiéristes de longue date] vont être les moins touchés par cela.”

“UN RESORT POURRA-T-IL FAIRE CE QUE NOUS POUVONS FAIRE? PAS DU TOUT”

L’industrie des croisières fait l’objet d’un examen approfondi et le CDC a prolongé la semaine dernière son interdiction de naviguer (No Sail Order) jusqu’au 30 septembre au moins.

Mais avec une approche innovante sur les perspectives de la croisière, Rick Sasso affirme que l’environnement contrôlé à bord d’un navire de croisière ne pénalisera pas, mais aidera les navires dans un monde post-pandémique.

Lorsque les navires repartiront, “je crois vraiment que nous allons pouvoir montrer aux gens ce que nous avons fait [en termes de protocoles de santé et de sécurité], et comment cela va fonctionner, et pourquoi c’est plus important que dans tout autre lieu”, a-t-il déclaré. “Plus vaste que Disney World, ou qu’un vol de 10 heures, ou même qu’une séance de cinéma. Je ne les critique pas, ils ont tous leurs défis, tout comme nous. Mais nous contrôlons l’environnement de ce navire. Il est impossible que d’autres lieux puissent imiter ce que les navires de croisière sont capables de faire. Un resort pourra-t-il faire ce que nous pouvons faire ? Pas du tout. Je pense que nous serons capables de le faire mieux que toute autre entité. Et les gens diront: “Je retourne à la croisière”.

Marie McKenzie affirme: “Quelles que soient les exigences, nous les respecterons. Si des masques sont exigés sur les navires, nous porterons des masques sur nos navires”.

UNIFORMISER LES PROTOCOLES

Les compagnies de croisières sont toutes en contact avec les destinations des Caraïbes, et travaillent avec le gouvernement de chaque île pour trouver des solutions afin que, lorsque l’interdiction de naviguer sera levée, les compagnies de croisières et les destinations soient prêtes à partir.

“Tout le monde est aux prises avec des décisions entre la santé publique et l’économie”, déclare Russell Benford de Royal Caribbean. “Ce sont des discussions très difficiles et importantes à avoir en ce moment. Tout le monde doit trouver une façon saine de faire des affaires”. Il ajoute: “Nous reviendrons lorsque les partenaires de destination seront prêts à nous accueillir. Cela pourrait signifier des changements d’itinéraire, selon les îles qui sont prêtes et disposées à recevoir des bateaux de croisière”.

Marie McKenzie a laissé entendre qu’un protocole unique pour toutes les îles des Caraïbes, dans les limites du raisonnable, aiderait à rationaliser le processus, mais elle a reconnu les défis que cela représente. “Si les conditions d’entrée varient de manière significative, cela pourrait être un défi pour nous, car nous commercialisons les voyages comme un itinéraire complet”, a-t-elle déclaré. “Dans la mesure où l’uniformisation est possible, cela serait utile”.

Elle a ajouté : “Tout le monde est intéressé par le retour des navires. Tout le monde veut juste s’assurer que tout est sûr, avec une compréhension mutuelle des protocoles”.

Il y a une fin à tout cela, même si personne ne sait quand cette fin viendra. “Nous devons juste franchir cette étape”, a déclaré Rick Sasso. “Il existe une future étape qui est très, très prometteuse.”

Partagez nous!

Postes connexes

Menu