• dimanche le 24 janvier, 2021

Les actions d’Air Canada s’envolent en raison de l’aide potentielle du gouvernement et du développement de vaccins

Partagez nous!

12 novembre 2020 — Les actions d’Air Canada ont fait un bond de plus de 28% lundi, la nouvelle d’un éventuel vaccin COVID-19 et l’aide du gouvernement à l’industrie ayant occulté les résultats lamentables du troisième trimestre, provoqués par le blocage de la pandémie mondiale.

La compagnie aérienne basée à Montréal a déclaré avoir perdu 685 millions de dollars, soit 2,31 dollars par action diluée, au cours des trois mois se terminant le 30 septembre, au cours de ce qui est normalement son trimestre le plus rentable.

“Je pense que beaucoup de gens sont très, très hésitants à prendre leurs dispositions pour voyager en ce moment, à cause de ces restrictions et de ces quarantaines”, a déclaré le directeur général Calin Rovinescu lors d’une conférence téléphonique avec les analystes financiers lundi.

“Même s’ils se sentent en sécurité pour voyager… ils ne peuvent pas forcément revenir et passer deux semaines en quarantaine chez eux”.

Au cours de la même période l’année dernière, Air Canada a réalisé un bénéfice de 636 millions de dollars, soit 2,35 dollars par action diluée. Au troisième trimestre, les ventes ont chuté de 86% par rapport à l’année précédente, passant de 4,77 milliards de dollars à 757 millions de dollars.

Malgré les pertes, les actions d’Air Canada ont clôturé en hausse de 4,53$, soit 28,6%, à 20,35$ chacune à la Bourse de Toronto.

La compagnie affirme qu’elle espère économiser 3 milliards de dollars d’ici 2023 en réduisant le nombre d’avions dans ses hangars.

Elle prévoit de mettre hors service 79 avions plus anciens, de reporter l’achat de 18 Airbus et de 16 Boeing, et d’annuler ses projets d’achat de 10 Boeing 737 MAX 8 et de 12 Airbus A220. Toutefois, elle recevra encore cinq nouveaux Airbus A220 cet hiver.

Ces mesures de réduction des coûts interviennent alors qu’Air Canada prévoit de réduire sa capacité au quatrième trimestre d’environ 75% par rapport au quatrième trimestre de 2019.

La compagnie – qui a déjà supprimé 20 000 emplois, suspendu 30 lignes intérieures et fermé huit stations régionales cette année – a déclaré qu’elle envisageait de suspendre 95 autres lignes et de fermer neuf stations canadiennes.

M. Rovinescu a déclaré que la compagnie prévoyait d’entamer des discussions avec le gouvernement fédéral “immédiatement” après que le ministre des transports Marc Garneau ait annoncé dimanche que le gouvernement présenterait bientôt un programme d’aide pour l’industrie aérienne du pays. M. Garneau a déclaré que toute aide sera conditionnée par le remboursement par les transporteurs des passagers dont les vols ont été annulés.

Lucie Guillemette, directrice commerciale, a déclaré qu’Air Canada a eu plus de difficultés que certains de ses homologues américains avec la pandémie COVID-19, car le gouvernement chinois a limité le nombre de vols en provenance du Canada et la bulle des provinces de l’Atlantique a freiné les voyages intérieurs.

La compagnie aérienne affirme que sa consommation nette de liquidités pour le trimestre s’est élevée à 818 millions de dollars, soit environ 9 millions de dollars par jour, ce qui est supérieur à ses attentes, qui se situaient entre 1,35 et 1,6 milliard de dollars, soit entre 15 et 17 millions de dollars par jour.

La dette nette était de 4,97 milliards de dollars au 30 septembre, soit une augmentation de 2,13 milliards de dollars par rapport à la fin de l’année dernière.

La réduction des commandes d’avions et d’autres coûts signifie qu’Air Canada sortira de la pandémie COVID-19 comme une petite entreprise, ont déclaré les dirigeants aux analystes lors d’une conférence téléphonique lundi.

M. Rovinescu a déclaré qu’Air Canada s’attend à avoir une empreinte plus petite pendant “plusieurs années”. Lorsqu’on lui a demandé quand il prévoyait que les voyageurs d’affaires reprennent le transport aérien, il a dit qu’il s’attendait à ce qu’il faille attendre trois à cinq ans avant qu’Air Canada ne voie les voyages d’affaires atteindre les niveaux de 2019.

Bien qu’ils aient qualifié la reprise de la compagnie de “fragile” et “inégale”, les dirigeants ont laissé la porte ouverte à une expansion par le biais de l’acquisition proposée de Transat, ainsi qu’à l’achat d’avions plus tard par le biais de contrats flexibles ou de faillites.

Les dirigeants ont également déclaré qu’ils prévoyaient de développer l’entreprise par d’autres moyens. La compagnie fait partie des candidats à un contrat gouvernemental pour le transport de vaccins contre la COVID-19, et Mme Guillemette a déclaré qu’Air Canada espère tirer parti de la popularité croissante des achats en ligne et de la nécessité de transporter des fournitures médicales. Air Canada investit également dans la technologie afin d’améliorer la santé et la sécurité dans les aéroports, en encourageant les essais de tests rapides et les salons sans contact, et tente d’atteindre des marchés « de niche » en se rendant au Qatar et dans les Caraïbes. Mme Guillemette a également souligné l’importance d’un partenariat avec United Airlines pour alimenter les voyageurs d’Air Canada.

“Vous savez, il se peut qu’il y ait une activité soleil supplémentaire sur les marchés de la Floride et des Caraïbes. Mais ce n’est pas ça qui va changer la donne”, a déclaré Michael Rousseau.

Mme Guillemette a déclaré que le rétablissement du service pour les personnes rendant visite à des amis et des proches en Chine et en Inde sera une priorité absolue. Selon elle, ce segment sera parmi les plus rapides à rebondir si les restrictions de voyage sont levées ou si un vaccin devient disponible.

Savanthi Syth, analyste de la banque Raymond James, a déclaré lundi que, bien que les résultats financiers globaux d’Air Canada n’aient pas été à la hauteur des attentes au troisième trimestre, “nous nous attendons à ce que les actions réagissent positivement ce matin sur les nouvelles concernant le vaccin COVID et que le ministre des transports du Canada entame des discussions avec les compagnies aériennes dimanche”.

Source : The Canadian Press

Partagez nous!

Postes connexes