• lundi le 26 octobre, 2020

Les agents réagissent aux offres d’assurance COVID-19: est-ce suffisant ?

Partagez nous!

25 septembre 2020 – Au cours des dernières semaines, des acteurs majeurs, dont Air Canada, Sunwing, WestJet, VAC et Manuvie, ont mis en place une assurance voyage pour COVID-19. Et juste aujourd’hui, Transat a également annoncé une nouvelle couverture.

Quelle est la réaction des agences de voyages?

Les agents à qui nous avons parlé sont en faveur de tout ce qui peut aider à démarrer les réservations. Pour certains, cependant, une petite reprise cet hiver pourrait ne pas suffire.

L’impact de la pandémie et de ses restrictions de voyage a été dévastateur pour les agents de voyages. L’engagement du gouvernement fédéral à prolonger la subvention salariale d’urgence jusqu’à l’été 2021 est un point positif ces derniers jours. Mais la mise en garde contre les voyages non essentiels demeure, tout comme la règle de quarantaine de 14 jours pour toute personne entrant ou revenant au Canada.

Les clients qui considéraient la quarantaine de 14 jours comme un obstacle impossible ce printemps et cet été peuvent penser différemment une fois que la neige s’envole, surtout maintenant qu’ils peuvent obtenir une couverture d’assurance COVID-19. Manuvie lance son plan de voyage en cas de pandémie COVID-19 Manuvie en octobre. Et Sunwing, Air Canada, ACV et WestJet ont tous lancé une couverture COVID-19 gratuite avec des partenaires comme Manuvie, TuGo et Allianz Global Assistance.

Lorsque Sunwing a annoncé son partenariat avec Medcan hier, un agent a commenté avec ces mots:

“Triste a dire…mais peut importe ce que les compagnies aériennes vont initier pour encourager les voyageurs….c’est que la réalité est autrement différente. Tant et aussi longtemps que la quarantaine sera en application, les voyageurs et les employeurs n’accepterons jamais de faire un 2 semaines additionnelles a domicile” a partagé un agent Québécois sur notre page Facebook. Un sentiment partagé par de nombreux agents.

QUARANTAINE ET LOGISTIQUE

Cependant, la mise en quarantaine constitue toujours un obstacle majeur pour les clients, déclare aussi Ria Lishman, directrice de Myles Travel Plus à Beamsville, en Ontario. «Les clients se sont renseignés sur la couverture [mais] il semble que la plus grand frein à une nouvelle réservation soit l’exigence de quarantaine de 14 jours au retour au Canada», dit Lishman.

En plus de la quarantaine, de nombreux agents sont aux prises avec le fait même de faire la promotion des voyages dans le cadre d’un avis de voyage. «Le défi de la diffusion des nouvelles est la perception que vous conseillez aux gens d’aller à l’encontre des conseils aux voyageurs du gouvernement canadien pour éviter les voyages non essentiels. Cela pourrait créer un contrecoup de certains quartiers », déclare Lesley Keyter, PDG et fondatrice de The Travel Lady Agency à Calgary.

Keyter se demande également si le conseil des clients sur les plans de voyage avec l’avis toujours en place nécessite une dérogation quelconque. «Il y a beaucoup à considérer de notre point de vue.»

Cela dit, Keyter est entièrement favorable à la nouvelle offre d’assurance voyage COVID-19. «Je pense que c’est une décision audacieuse de la part des fournisseurs et je les applaudis.»

Elle ajoute: “Dans tout cela, la nécessité de reprendre les voyages est primordiale.”

RÉACTIONS DES CLIENTS

L’agence Keyter a fait sa part en faisant la promotion de la nouvelle des nouvelles assurances disponibles. «Nous avons fait passer le mot via notre infolettre et avons eu quelques demandes de renseignements, mais les gens sont encore prudents sur tout cela. Cependant, à mesure que le temps se refroidit et que nous passons à l’automne, cela peut devenir plus souhaitable », explique Keyter.

Jamie Milton, d’Uniglobe Carefree Travel en Saskatchewan, reconnaît qu’il est encore tôt. «Nous avons eu quelques appels et questions sur l’assurance et les voyages, mais il n’y a pas encore beaucoup de mouvement réel sur les réservations», explique Milton. «Je pense que comme pour tout, les gens ont besoin d’obtenir les informations, puis d’avoir le temps de traiter ces informations et d’ajuster leur opinion sur les vacances d’hiver. Je soupçonne que nous commencerons à voir plus de réservations dans quelques semaines, une fois que les gens auront le temps de réfléchir à leurs options. »

En ce qui concerne le défi de la promotion des voyages lorsqu’un avis de voyage est en place, Milton propose cette interprétation: «Nous savons que la définition de « essentiel » est différente pour chacun. Que vous ayez besoin de voyager pour affaires, pour rendre visite à des proches ou pour votre propre santé mentale, nous pensons que les voyageurs devraient pouvoir le faire tant qu’ils respectent tous les protocoles de sécurité en place.

L’essentiel pour Milton? «Nous apprécions que les compagnies aériennes et les voyagistes se mobilisent pour offrir une couverture et une tranquillité d’esprit aux voyageurs canadiens.

Laurie Buck, de Buckaroo Travel à Jasper, en Alberta, dit que «c’est bien de voir les compagnies aériennes inclure une couverture d’assurance, mais cela réduira mes revenus que je pourrais gagner en vendant de l’assurance. Elle dit que les réservations sont rares pour le moment: “Peu de gens pensent même à ce stade.”

TEMPS DIFFICILES

Giselle Cloutier est heureuse de voir la nouvelle couverture d’assurance arriver sur le marché. Mais elle ne prendra aucune nouvelle réservation qui en résultera, du moins pas pour le moment.

«Je pense que c’est une excellente idée que les fournisseurs offrent une couverture COVID. Cela devrait donner aux voyageurs plus de tranquillité d’esprit », déclare l’agent à domicile.

Mais, ajoute-t-elle, «j’ai été en mode survie en essayant de rester employée. J’ai eu la chance d’avoir trouvé un travail temporaire dans le domaine de la santé et je prends les heures chaque fois que je peux les obtenir.

Giselle Cloutier, basée en Alberta, dit que voyager est «très incertain et frustrant» en ce moment. «Les agents que j’entends, travaillent gratuitement, font des réservations, seulement pour avoir à les changer ou se heurter à de nombreux obstacles et inconnus en fonction des différentes situations de COVID de destination qu’ils rencontrent. Les heures requises, l’incertitude et l’absence de chèque de paie ne sont pas une option pour moi en ce moment. Je suis mère célibataire de trois enfants. Je n’ai toujours pas reçu ma commission sur une importante réservation que j’ai effectuée en 2019, pour un voyage en 2020, qui a maintenant été modifiée pour mars 2021. “

Elle n’a pas exclu un retour dans l’industrie du voyage. «Je crois que les voyages rebondiront lorsque la COVID sera battu ou du moins largement maîtrisé. Je serai là pour récupérer mon activité dans le voyage à ce moment-là. Pour le moment, cependant, je ne montrerai pas la voie dans la bataille de l’industrie du voyage. »

Source: Kathryn Folliott pour le groupe Travelweek

Article disponible en anglais ICI.

Partagez nous!

Postes connexes

Menu