• mardi le 24 novembre, 2020

Les conservateurs et le NPD exigent le remboursement des passagers comme condition de tout sauvetage des compagnies aériennes

Partagez nous!

20 octobre 2020 – Le gouvernement libéral devrait veiller à ce que les passagers des compagnies aériennes reçoivent le remboursement des vols annulés en raison de la pandémie COVID-19, ont demandé lundi les partis d’opposition.

La demande fait suite à sept mois de revenus en baisse pour les transporteurs dévastés par l’effondrement des voyages mondiaux, le nombre de passagers au Canada ayant baissé de 90% d’une année à l’autre en juillet et peu d’amélioration depuis.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a laissé la porte ouverte à un plan de sauvetage, y compris l’achat d’actions aériennes par Ottawa, lors d’une entrevue avec la période de questions de CTV dimanche.

LeBlanc a déclaré que les Canadiens s’attendent à des conditions strictes sur tout financement fédéral des compagnies aériennes, comme le traitement de la question des bons de voyage.

Les conservateurs et le NPD ont souligné que le remboursement était une condition clé d’un éventuel sauvetage.

«Si un soutien sectoriel est fourni, il doit absolument être lié au remboursement des passagers», a déclaré la critique conservatrice des transports Stephanie Kusie dans un e-mail, appelant le besoin d’aide «au-delà de l’urgence».

Le porte-parole du NPD en matière de transport, Niki Ashton, a déclaré que des milliers de clients avaient été «arnaqués» après avoir payé pour un service qui n’avait jamais été rendu et reçu des bons de voyage au lieu d’un remboursement, laissant beaucoup de leur poche pendant une récession.

«Il ne s’agit pas d’aider les PDG, mais de protéger les emplois canadiens et de s’assurer que les passagers récupèrent leur argent», a déclaré Ashton lors de la période des questions à la Chambre des communes.

Elle a appelé à un plan de sauvetage qui protège à la fois les emplois et les consommateurs, ce qui a incité le ministre des Transports Marc Garneau à reconnaître que les compagnies aériennes et les aéroports ont fait face à de «grandes difficultés».

«Nous travaillons sur des solutions qui garantiront que les Canadiens pourront voyager de manière sûre, fiable et efficace lorsque nous nous sortirons de cette pandémie», a déclaré Garneau.

Les compagnies aériennes régionales exigent également une action immédiate de la part d’Ottawa pour soutenir le secteur assiégé, mais rejettent l’idée d’un intérêt fédéral dans les transporteurs – l’une des nombreuses perspectives envisagées.

John McKenna, président de l’Association du transport aérien du Canada, déclare que le gouvernement n’a pas répondu aux demandes de liquidités au cours des six derniers mois, laissant le Canada comme le seul pays du G7 à ne pas s’engager à fournir une aide financière majeure pour une industrie dévastée par le COVID -19 pandémie.

«Mon Dieu, non, nous n’avons pas besoin d’une participation dans les compagnies aériennes! Le contrôle des coûts serait incroyable », a déclaré McKenna, dont l’organisation commerciale représente une trentaine de compagnies aériennes régionales.

«Nous avons besoin de liquidités, de prêts sans intérêt, peut-être de prêts remboursables car la réparation est beaucoup plus facile que le remplacement. »

Les États-Unis et certains pays européens ont demandé aux compagnies aériennes de se rembourser tout en leur offrant des milliards d’aide financière, avec d’autres conditions qui incluent 20% de participation publique dans le cas de Lufthansa et des engagements de réduction des émissions d’Air France-KLM.

John Gradek, qui dirige le programme Global Aviation Leadership de l’Université McGill, affirme qu’un enjeu fédéral ne déclenche pas nécessairement un changement de comportement de gestion ou de pratiques de marché.

«Lorsque les gouvernements français et allemand ont investi, ils ont reçu jusqu’à 20% de participation, avec des sièges au conseil d’administration, ce qui était acceptable pour la direction des compagnies aériennes. Et ils restent de féroces concurrents commerciaux », a déclaré Gradek.

«Le fait qu’un gouvernement donne son mot à dire par le biais de la représentation au conseil d’administration empêcherait la compagnie aérienne de prendre des décisions contraires à l’intérêt public, une notion qui semble répugner à certains gestionnaires de compagnies aériennes canadiennes.

Si les tendances du marché se poursuivent, certaines compagnies aériennes peuvent avoir peu d’influence dans les négociations d’aide avec le gouvernement.

La semaine dernière, WestJet Airlines a annoncé qu’elle suspendrait ses opérations dans quatre villes du Canada atlantique et réduirait le service à d’autres dans la région. Air Canada a interrompu le service sur 30 routes régionales à partir de juillet, affectant principalement les voyageurs à destination et en provenance des Maritimes, du Québec et de la Saskatchewan.

Les deux transporteurs ont mis à pied ou mis à pied plus de 30 000 employés depuis mars. Air Canada continue de saigner environ 16 millions de dollars par jour, même si elle a également sécurisé 6 milliards de dollars de liquidités et conservé plus de 2,4 milliards de dollars en ventes de billets à l’avance – tarifs non remboursés – au 31 juillet.

Lundi, le porte-parole du Bloc québécois en matière de transport, Xavier Barsalou-Duval, s’apprêtait à déposer une pétition avec 32 789 signatures demandant au gouvernement d’exiger des transporteurs qu’ils autorisent le remboursement des clients pour les vols annulés.

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau a promis 41 millions de dollars en financement d’urgence pour les compagnies aériennes du Nord afin d’assurer des services aux collectivités éloignées.

En 2009, Ottawa a versé 13,7 milliards de dollars au renflouement de Chrysler Group et de General Motors dans le cadre de sa réponse à la crise financière mondiale, et a finalement laissé les contribuables 3,5 milliards de dollars en deçà du seuil de rentabilité de leur investissement après que le gouvernement a vendu la dernière de ses actions. dans les géants de l’automobile en 2015.

Le Syndicat canadien de la fonction publique a déclaré qu’une participation fédérale dans les compagnies aériennes devrait être une condition de toute aide d’Ottawa, en plus d’importantes exceptions pour protéger les 15 000 agents de bord qu’il représente.

Les compagnies aériennes espèrent qu’Ottawa coordonnera les modifications des restrictions de voyage actuelles, qui comprennent des mises en quarantaine de deux semaines pour les nouveaux arrivants au Canada et la «bulle» atlantique exigeant deux semaines d’auto-isolement pour toute personne entrant dans la région.

McKenna dit que les tests rapides pourraient remplacer ces barrières.

«La chose qu’ils doivent vraiment faire est de s’assurer que ces quarantaines sont abolies. Nous avons des mesures de contrôle, des contrôles de température », a déclaré le président du groupe commercial.

Partagez nous!

Postes connexes