• dimanche le 24 janvier, 2021

Les pertes du secteur aérien se poursuivront en 2021 selon les prédictions de l’IATA

Partagez nous!

24 novembre 20202 — Les perspectives de l’IATA concernant les performances du secteur aérien en 2020 et 2021 montrent que les pertes importantes du secteur se poursuivront en 2021, même si les performances devraient s’améliorer.

Cette nouvelle arrive juste après la date de départ du directeur général et PDG sortant de l’IATA, Alexandre de Juniac, qui quittera son poste le 31 mars 2021. M. de Juniac a rejoint l’IATA en septembre 2016, après avoir été président directeur général d’Air France-KLM.

Il sera remplacé par Willie Walsh, ancien PDG d’International Airlines Group (IAG), société mère de British Airways, Iberia, Aer Lingus, etc. M. Walsh deviendra le huitième directeur général de l’IATA à compter du 1er avril 2021. La mise à jour sur la direction devient officielle aujourd’hui à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de l’IATA.

L’IATA prévoit une perte nette de 118,5 milliards de dollars pour 2020, soit plus que les 84,3 milliards de dollars prévus en juin.

Une perte nette de 38,7 milliards de dollars est prévue en 2021, soit plus que les 15,8 milliards de dollars prévus en juin.

Les facteurs de performance en 2021 montreront des améliorations par rapport à 2020 ; et la seconde moitié de 2021 devrait voir des améliorations après un premier semestre difficile en 2021, selon les statistiques de l’IATA.

La réduction frappante des coûts devrait se combiner à une demande accrue en 2021, en raison de la réouverture des frontières avec des tests et/ou de la disponibilité généralisée d’un vaccin, pour voir l’industrie devenir rentable au quatrième trimestre de 2021, ce qui est plus tôt que prévu.

“Cette crise est dévastatrice et implacable”, a déclaré M. de Juniac de l’IATA. “Les compagnies aériennes ont réduit leurs coûts de 45,8 %, mais les revenus ont baissé de 60,9 %. Le résultat est que les compagnies aériennes perdront 66 dollars pour chaque passager transporté cette année, soit une perte nette totale de 118,5 milliards de dollars. Cette perte sera fortement réduite de 80 milliards de dollars en 2021. Mais la perspective de perdre 38,7 milliards de dollars l’année prochaine n’a rien de réjouissant. Nous devons rouvrir les frontières en toute sécurité et sans quarantaine pour que les gens puissent à nouveau prendre l’avion. Et comme on s’attend à ce que les compagnies aériennes perdent de l’argent au moins jusqu’au quatrième trimestre de 2021, il n’y a pas de temps à perdre“.

La crise COVID-19 a mis au défi l’industrie pour sa survie même en 2020, a-t-il ajouté. Face à une chute des recettes d’un demi-billion de dollars (de 838 milliards de dollars en 2019 à 328 milliards de dollars), les compagnies aériennes ont réduit leurs coûts de 365 milliards de dollars (de 795 milliards de dollars en 2019 à 430 milliards de dollars en 2020).
“L’histoire se souviendra de 2020 comme le pire exercice financier du secteur, sans exception. Les compagnies aériennes ont réduit leurs dépenses d’un milliard de dollars par jour en moyenne en 2020 et continueront d’enregistrer des pertes sans précédent. Sans les 173 milliards de dollars de soutien financier des gouvernements, nous aurions vu des faillites à grande échelle”, a déclaré M. de Juniac.

2020

Le nombre de passagers devrait diminuer pour atteindre 1,8 milliard (60,5 % de moins que les 4,5 milliards de passagers en 2019). C’est à peu près le même nombre que celui que l’industrie a transporté en 2003.
Les revenus des passagers devraient tomber à 191 milliards de dollars, soit moins d’un tiers des 612 milliards de dollars gagnés en 2019. Cette baisse s’explique en grande partie par une chute de 66 % de la demande de transport de passagers. Les marchés internationaux ont été touchés de manière disproportionnée avec une chute de 75 % de la demande. Les marchés intérieurs, largement stimulés par une reprise en Chine et en Russie, devraient enregistrer de meilleurs résultats et terminer l’année 2020 à 49 % en dessous des niveaux de 2019.
Une autre faiblesse est démontrée par les rendements des passagers qui devraient être en baisse de 8 % par rapport à 2019 et un faible coefficient d’occupation des passagers qui devrait être de 65,5 %, en baisse par rapport aux 82,5 % enregistrés en 2019, un niveau vu pour la dernière fois en 1993.

2021

Les performances financières des compagnies aériennes devraient s’améliorer sensiblement en 2021, même si des pertes historiquement importantes sont à déplorer, selon les projections de l’IATA. La perte prévue de 38,7 milliards de dollars en 2021 sera la deuxième plus importante après celle de 2020.
Dans l’hypothèse d’une certaine ouverture des frontières d’ici le milieu de l’année 2021 (soit par des tests, soit par la disponibilité croissante d’un vaccin), les recettes globales devraient atteindre 459 milliards de dollars (soit 131 milliards de dollars de plus qu’en 2020, mais encore 45 % de moins que les 838 milliards de dollars atteints en 2019). En comparaison, les coûts ne devraient augmenter que de 61 milliards de dollars, ce qui représente une amélioration globale des performances financières. Les compagnies aériennes perdront cependant encore 13,78 dollars par passager transporté. D’ici à la fin de 2021, des recettes plus importantes amélioreront la situation, mais le premier semestre de l’année prochaine s’annonce encore extrêmement difficile.
Le nombre de passagers devrait passer à 2,8 milliards en 2021. Cela représenterait un milliard de voyageurs de plus qu’en 2020, mais il manquerait encore 1,7 milliard de voyageurs pour atteindre les résultats de 2019. Le nombre de passagers devrait rester stable et le taux de remplissage devrait s’améliorer pour atteindre 72,7 % (une amélioration par rapport aux 65,5 % prévus pour 2020, mais toujours bien en deçà des 82,5 % atteints en 2019).

QUARANTAINES ET CONFIANCE

L’IATA note que les principaux facteurs qui entravent la reprise du secteur sont les restrictions de voyage et les mesures de quarantaine qui empêchent effectivement une reprise significative des voyages.

“Nous avons la possibilité de rouvrir les voyages en toute sécurité grâce à des tests systématiques”, déclare M. de Juniac. “Nous ne pouvons pas attendre la promesse d’un vaccin. Nous nous préparons à une distribution efficace du vaccin. Mais les tests sont la solution immédiate pour une réouverture significative des voyages aériens. Avec 46 millions d’emplois menacés dans le seul secteur des voyages et du tourisme en raison de la chute des voyages aériens, nous devons agir rapidement avec les solutions qui sont à portée de main. Nous disposons de tests rapides, précis et évolutifs qui peuvent être réalisés en toute sécurité. Les compagnies aériennes sont prêtes. Les moyens de subsistance de millions de personnes sont entre les mains des gouvernements et des autorités de santé publique. Les gouvernements ont compris le caractère essentiel d’un secteur du transport aérien viable lorsqu’ils ont investi des milliards pour le maintenir à flot. Ils doivent maintenant protéger ces investissements en donnant aux compagnies aériennes les moyens de faire des affaires en toute sécurité”.

La confiance des consommateurs est également un problème, mais la demande refoulée est réelle, déclare M. de Juniac.

“Les chiffres ne pourraient pas être bien pires. Mais il y a un moyen d’aller de l’avant. Avec le soutien financier continu des gouvernements pour maintenir la viabilité financière des compagnies aériennes et l’utilisation de tests pour permettre des voyages sans quarantaine, nous avons un plan pour surmonter le pire immédiatement. Et à plus long terme, les progrès réalisés dans le domaine des vaccins sont encourageants. Surtout, les gens n’ont pas perdu leur désir de voyager. La réaction du marché aux mesures, même minimes, visant à lever la quarantaine est immédiate et forte. Là où les obstacles ont été levés, les voyages ont repris. La soif de liberté de prendre l’avion n’a pas été vaincue par la crise. Il y a tout lieu d’être optimiste lorsque les gouvernements utilisent les tests pour ouvrir les frontières. Et nous devons faire en sorte que cela se produise rapidement”, a déclaré M. de Juniac.

Hier, l’IATA a annoncé que son Travel Pass, un passeport de santé numérique qui favorisera la réouverture des frontières en toute sécurité, est maintenant dans sa phase finale de développement. Le premier projet pilote du passeport numérique de l’IATA est prévu pour la fin de cette année et le lancement est prévu pour le premier trimestre 2021.

Partagez nous!

Postes connexes