• dimanche le 24 janvier, 2021

Les voyageurs arrivant aux États-Unis par avion devront présenter un test Covid négatif à partir du 26 janvier

Partagez nous!

12 janvier 2021 — Les tests PCR à l’arrivée vont sans aucun doute connaître une croissance exponentielle maintenant que l’un des plus grands marchés du voyage au monde – les États-Unis – suit l’exemple d’autres pays, dont le Canada, en imposant aux passagers aériens des tests COVID-19 négatifs avant l’arrivée.

Le CDC a fait cette annonce aujourd’hui, le 12 janvier, et la nouvelle règle entrera en vigueur le 26 janvier.

Si la nouvelle règle améliorera les perspectives de tests COVID-19 sur les lieux de destination, à mesure que les destinations s’efforcent de permettre aux Américains de voyager, à court terme, les voyageurs américains pourraient connaître le même chaos que les voyageurs, les agents et les fournisseurs canadiens pour trouver des cliniques capables de fournir les tests PCR dans le délai obligatoire de maximum trois jours précédant l’arrivée.

La date de début de cette mesure, le 26 janvier, est au moins plus avancée que celle que le gouvernement canadien a donnée aux voyageurs canadiens, qui n’avaient qu’une semaine de préavis, à quelques exceptions près.

Jusqu’à présent, les restrictions relativement souples imposées aux voyageurs américains, du moins par rapport à des pays comme le Canada, ont favorisé le tourisme dans de nombreuses destinations, notamment au Mexique et dans les Caraïbes.

DÉCLARATION DU CDC

Voici la déclaration du CDC :

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) étendent l’exigence d’un test COVID-19 négatif à tous les passagers aériens entrant aux États-Unis.

Le test avant et après le voyage est un élément essentiel pour ralentir l’introduction et la propagation de la COVID-19. Cette stratégie est conforme à la phase actuelle de la pandémie et protège plus efficacement la santé des Américains.

Des variantes du virus du SRAS-CoV-2 continuent d’apparaître dans des pays du monde entier, et il existe des preuves de la transmissibilité accrue de certaines de ces variantes. Les États-Unis étant déjà en situation de crise, l’obligation de test pour les passagers aériens contribuera à ralentir la propagation du virus alors que nous nous efforçons de vacciner le public américain.

Avant le départ pour les États-Unis, un test obligatoire, combiné aux recommandations du CDC de se faire tester à nouveau 3 à 5 jours après l’arrivée et de rester chez soi pendant 7 jours après le voyage, contribuera à ralentir la propagation du COVID-19 au sein des communautés américaines à partir des infections liées aux voyages.

Les tests effectués avant le départ, dont les résultats sont connus et auxquels on donne suite avant le début du voyage, permettront d’identifier les voyageurs infectés avant qu’ils ne montent à bord des avions.

Les passagers aériens sont tenus de subir un test viral (test de dépistage de l’infection actuelle) dans les 3 jours précédant le départ de leur vol pour les États-Unis, et de fournir à la compagnie aérienne une documentation écrite du résultat de leur test de laboratoire (copie papier ou électronique) ou des documents attestant qu’ils se sont rétablis de la COVID-19.

Les compagnies aériennes doivent confirmer le résultat négatif des tests pour tous les passagers ou la documentation de la guérison avant l’embarquement. Si un passager ne fournit pas la documentation d’un test négatif ou d’une guérison, ou choisit de ne pas subir de test, la compagnie aérienne doit refuser l’embarquement au passager.

“Les tests n’éliminent pas tous les risques”, déclare le directeur du CDC, Robert R. Redfield, “mais lorsqu’ils sont combinés à une période de séjour à la maison et à des précautions quotidiennes comme le port de masques et la distanciation sociale, ils peuvent rendre les voyages plus sûrs, plus sains et plus responsables en réduisant la propagation dans les avions, dans les aéroports et à destination”.

Source : Kathryn Folliott pour le groupe Travelweek/Profession Voyages

Partagez nous!

Postes connexes