• dimanche le 24 janvier, 2021

L’interdiction de naviguer du CDC a été levée, mais les compagnies de croisières prolongent la suspension des activités… Pourquoi ?

Partagez nous!

9 novembre 2020 – L’industrie des croisières a finalement fait une pause la semaine dernière lorsque le CDC a annoncé la levée de son ordonnance de non-navigation, une mesure de longue date qui a empêché les compagnies de croisières d’opérer dans les eaux américaines au cours des huit derniers mois.

L’ordonnance, qui avait été initialement mise en place le 14 mars au début de la pandémie COVID-19, a été remplacée par une ordonnance conditionnelle, un protocole de 40 pages que les compagnies de croisières peuvent utiliser pour préparer leur éventuelle reprise. L’idée derrière ce protocole est que si les compagnies de croisière peuvent démontrer de manière adéquate qu’elles se sont conformées aux tests et autres mesures de sécurité, et qu’elles effectuent des simulations de voyages pour tester leur capacité à limiter la propagation du virus, elles auront alors le feu vert pour reprendre leurs activités.

Il s’agit bien sûr d’une bonne nouvelle pour les compagnies de croisière qui sont restées en pause depuis le mois de mars. Mais quatre jours seulement après l’annonce du CDC, le NCLH, qui exploite les compagnies Norwegian Cruise Line, Oceania Cruises et Regent Seven Seas Cruises, a annoncé la prolongation de la suspension pour ces trois marques jusqu’au 31 décembre 2020. Un jour après, le 3 novembre, la CLIA, qui représente plus de 50 compagnies de croisières, dont le NCLH, a suivi le mouvement en prolongeant la suspension des opérations de toutes ses compagnies membres, également jusqu’à la fin de l’année.

Pendant des mois, nous avons vu les compagnies de croisières plaider pour un retour à la croisière en toute sécurité, Royal Caribbean Group et le NCLH allant même jusqu’à créer un “Healthy Sail Panel” chargé d’établir des protocoles de santé et de sécurité pour l’ensemble du secteur des croisières. Alors pourquoi, alors que l’ordonnance d’interdiction de naviguer n’est plus en vigueur, les compagnies de croisières prolongent-elles encore la suspension temporaire de leurs activités ?

Selon la CLIA, il y a deux raisons à cela.

S’adressant exclusivement à Travelweek, Laziza Lambert, responsable de la communication stratégique à la CLIA, déclare que si le nouveau protocole du CDC est une “étape positive” pour les croisières, plusieurs autres étapes sont nécessaires avant que les compagnies de croisières puissent entamer le processus de planification, et que des éclaircissements supplémentaires sont nécessaires dans un certain nombre de cas.

Laziza Lambert ajoute également que les compagnies de croisière ont besoin de plus de temps pour assurer un retour en toute sécurité pour les clients et l’équipage.

“Afin de s’assurer que nous prenons les mesures appropriées et nécessaires et que nous avons besoin de clarté sur les exigences de l’ordonnance, les membres de la CLIA, les compagnies de croisières océaniques, ont décidé de prolonger notre suspension actuelle des opérations aux États-Unis”, dit-elle.

“Depuis le premier jour de notre suspension volontaire des opérations en mars, l’industrie des croisières est restée fidèle à notre engagement de prendre des décisions fondées à la fois sur la science et aussi sur les personnes. Cette action nous donnera plus de temps pour harmoniser la préparation approfondie des protocoles sanitaires de l’industrie avec les exigences du protocole de navigation conditionnelle du CDC et les exigences de la phase initiale des tests COVID-19 pour la protection des équipages”, ajoute-t-elle.

Cette surabondance de prudence n’est pas nouvelle pour l’industrie des croisières, qui est le seul segment de voyage tenu de faire rapport au CDC. En tant que tels, les clients sont déjà habitués à des protocoles de sécurité stricts à bord des navires, qui ne seront renforcés que lorsque les opérations reprendront.

Comme le dit Laziza Lambert, on n’est jamais trop prudent.

“Ce que nous savons des scientifiques et des experts de la santé, c’est qu’aucun lieu n’est à l’abri du virus. Le mieux que le monde puisse faire – et que toute industrie puisse faire – est de réduire la capacité du virus à pénétrer dans un environnement et d’atténuer son impact en mettant en place des protocoles rigoureux qui évoluent avec le temps, en fonction des conditions, et qui portent sur la prévention, la détection et la réaction“, dit-elle

Cette approche prudente est peut-être la raison pour laquelle le gouvernement canadien a décidé de prolonger son interdiction des navires de croisière jusqu’au 28 février 2021, une mesure qui semble encore plus prudente si on la compare à l’annonce faite par le CDC le lendemain.

Lorsqu’on lui demande pourquoi le Canada adopterait une approche plus prudente, Laziza répond que la CLIA est en communication constante avec les autorités canadiennes pour travailler sur la reprise des opérations.

“La CLIA a été activement engagée avec Transports Canada, les autorités sanitaires canadiennes et les ports canadiens depuis la première annonce de suspension des opérations des croisières en mars”, dit-elle. “Nous continuons à travailler pour identifier les étapes nécessaires à la reprise de la navigation d’une manière responsable qui garde la santé des passagers, de l’équipage et des communautés que nous visitons au premier plan”.

Bien que l’interdiction prolongée du Canada et la pause prolongée de la CLIA puissent signifier que les voyageurs devront attendre un peu plus longtemps pour reprendre la mer, le fait qu’il y ait maintenant une lumière au bout du tunnel sera d’un grand réconfort pour les clients et leurs agents de voyages. Travelweek s’est renseigné auprès de plusieurs agents pour savoir ce que la levée de l’interdiction signifiera pour leurs clients en 2021. Voici ce qu’ils ont répondu :

Marianne Vogel, CTC, propriétaire de Just for You Travel & Consulting, à Dunas (Ontario)

“J’ai gardé un certain optimisme maintenant que le CDC a levé l’interdiction. Je pensais que les choses allaient enfin dans la bonne direction au moins, mais les gens ont toujours très peur de voyager quelque part, surtout si cela concerne les États-Unis en raison de leur mauvaise gestion de la pandémie en général.

Bien que les États-Unis aient levé l’ordonnance, le Canada ne l’a pas fait et cela m’inquiète beaucoup. Quelques-uns de mes clients  m’ont demandé de prolonger leurs futurs crédits de voyage et/ou dépôts de croisière si possible, et ils sont actuellement dans une position d’attente. Les Canadiens cherchent à assurer leur sécurité et, bien que le désir de voyager via les États-Unis soit très fort, ils sont extrêmement réticents en raison de l’augmentation du nombre de cas dans ce pays. Tous mes clients me disent “merci, mais non merci”.

De plus, les compagnies d’assurance peuvent vous couvrir lorsque vous allez au Mexique, par exemple, mais en raison de l’absence d’ordonnance de navigation du gouvernement canadien, elles ne vous couvriront pas pendant la croisière. Nous sommes soumis à une interdiction de naviguer, quoi qu’en dise le CDC, et nous ne pouvons pas être couverts par une assurance”.

Joanna Saab, conseillère en voyages pour Travel Only, Ancaster (Ontario)

“Mes clients ont semblé surpris que le CDC ait levé l’interdiction de la croisière compte tenu du nombre de cas COVID-19 aux États-Unis. Mais une fois qu’ils ont réalisé qu’il s’agit d’un redémarrage provisoire avec de multiples garanties en place, je pense que dans l’ensemble les gens sont heureux que les choses semblent aller de l’avant.
Bien que je pense que c’est un très bon début pour remettre l’industrie des croisières en action, et que je sois vraiment impressionnée par tout ce que les compagnies de croisières ont fait pour assurer la sécurité de tous les passagers et de l’équipage à bord, je suis impatiente de voir comment se passent les premières croisières. J’attendrai de voir comment les compagnies de croisières et le gouvernement américain traitent les cas positifs qui pourraient se produire à bord.
Tout le monde ne sera pas prêt à quitter la porte d’embarquement, et c’est tout à fait normal. Ce n’est pas à moi de décider quand mes clients se sentiront prêts à voyager à nouveau, mais c’est mon travail de les aider et de les informer sur les options qui s’offrent à eux.

Valerie Murphy, conseillère en voyages pour Vision Travel Solutions, Cambridge (Ontario)

“J’ai été ravi d’apprendre que le CDC avait levé l’interdiction de naviguer, en espérant que cela supprimerait les “stigmates” de la navigation de plaisance. Bien que je n’aie pas eu beaucoup de clients qui m’ont contacté pour m’informer de la nouvelle, j’ai demandé à un certain nombre d’entre eux de réserver des croisières pour 2021 et 2022 au cours des derniers mois, donc je pense que les gens sont maintenant optimistes en ce qui concerne l’expérience de croisière.

Toutes les compagnies de croisières ont mis en place des protocoles d’hygiène et même de quarantaine. Je pense qu’en tant qu’industrie, désormais nous sommes beaucoup plus intelligents en ce qui concerne la COVID-19 que nous l’étions en février et mars. J’ai rassuré mes clients à ce sujet, et je leur ai même montré des vidéos des directives mises en place. La plupart des clients qui, en mars, pensaient ne plus jamais faire de croisière, sont à nouveau d’accord pour que des normes soient mises en place au sein de l’industrie pour que tout le monde soit en sécurité et en bonne santé”.

Source : Cindy Sosroutomo pour Travelweek

Partagez nous!

Postes connexes