• mardi le 26 janvier, 2021

L’interdiction de circulation des croisières au Canada est prolongée jusqu’en février 2021

Partagez nous!

29 octobre 2020 — Le ministre des Transports, Marc Garneau, a annoncé la prolongation de l’interdiction de naviguer jusqu’au 28 février 2021. L’interdiction précédente devait expirer le 31 octobre 2020.

Avec cette dernière prolongation, les dispositions suivantes s’appliquent :

  • La circulation des navires de croisière offrant de l’hébergement et transportant plus de 100 personnes demeurera interdite dans les eaux canadiennes.
  • Tous les autres navires à passagers doivent continuer de respecter les directives des autorités sanitaires provinciales, territoriales, locales et régionales.
  • L’entrée dans les eaux côtières de l’Arctique, y compris celles bordant le Nunatsiavut, le Nunavik et la côte du Labrador, demeurera interdite aux navires à passagers transportant plus de 12 personnes.
  • Les embarcations de plaisance utilisées pour des activités axées sur l’aventure demeureront également d’être interdites dans les eaux arctiques.

Les navires à passagers menant des activités essentielles, comme les traversiers et les bateaux-taxis, devront continuer de respecter les directives fédérales et les pratiques provinciales, territoriales, locales et régionales, ainsi que les mesures d’atténuation, afin de réduire le risque de propagation de la COVID-19. Il pourrait s’agir de réduire le nombre de passagers, de maintenir l’éloignement physique, d’exiger le port du masque, ainsi que de renforcer les mesures de nettoyage et d’hygiène.

“Alors que les Canadiens font leur part pour aider à réduire la propagation de COVID-19, le gouvernement du Canada travaille dur pour s’assurer que le système de transport du Canada reste sûr“, a déclaré M. Garneau. “La prolongation de ces mesures temporaires pour les navires de croisière et autres navires à passagers au Canada témoigne de notre travail continu avec tous les niveaux de gouvernement, les intervenants de l’industrie du transport et les peuples autochtones pour aider à assurer la mise en place de mesures appropriées”.

L’interdiction prolongée du Canada précède l’échéance imminente de la CLIA pour sa propre ordonnance d’interdiction de naviguer, qui doit expirer le 31 octobre.

Teresa Simon, conseillère principale en voyages, Vision Travel Solutions, Paris, ON commente la nouvelle: 

«Je pense que l’interdiction des croisières est justifiée jusqu’à ce que nous voyions un vaccin viable. Avec des buffets et plus de 4 000 passagers sur certains navires, c’est trop risqué sans vaccin.

«Personnellement, je devais faire une croisière le 14 novembre et j’ai changé de réservation pour novembre 2021. J’ai plusieurs clients qui ont réservé leurs croisières jusqu’à la fin de 2021 et même jusqu’en 2022.

«J’ai eu plusieurs demandes de renseignements sur les voyages d’hiver, mais avec la mise en quarantaine de 14 jours du gouvernement canadien à mon retour au Canada, ce n’est tout simplement pas faisable pour beaucoup de mes clients. Une fois qu’ils auront amélioré les tests rapides et les rendront disponibles dans tous les aéroports internationaux, je pense que nous allons voir une véritable augmentation du nombre de personnes sortir du froid et se diriger vers le sud. “

Marilyn Stainer, conseillère en croisières et voyages, Independent Flight Centre, BC, ajoute: 

«Je ne sais pas si l’interdiction devrait être prolongée ou non. Il y a des croisières en Europe qui semblent bien se dérouler, avec des règles très strictes. Je pense que les États-Unis doivent mieux contrôler le virus avant que les navires puissent à nouveau y accoster. Moi-même et mes amis sommes réservés pour une croisière de 39 jours pour avril 2022 à partir de la Nouvelle-Zélande, et je suis réservé pour une autre croisière pour octobre 2021. Si les gens ne commencent pas à réserver des croisières bientôt, les prix augmenteront car il y a moins disponibilité.

«Nous avons dû annuler des croisières de mars à décembre, il y a donc beaucoup de monde avec de futurs dépôts de croisière. Une fois qu’ils auront réservé, les navires se rempliront très rapidement, d’autant plus qu’ils ne navigueront pas à 100% de leur capacité de départ, mais plutôt à 60 ou 70%.

Gary Rams, spécialiste des voyages d’aventure, associé à Crowfoot Travel Solutions, Calgary, AB:

«Les chiffres étant si élevés au Canada, c’était prévu. Je ne pense pas que ce soit un vrai problème au cours des prochains mois alors que nous entrons dans l’hiver. Cela donne aux compagnies de croisières et aux pays le temps de faire des tests appropriés et de démarrer en toute sécurité des croisières à la fin du printemps.

«Mes clients attendent de voir ce qui se passera au cours des prochains mois. Ils attendent de meilleurs tests d’aéroport. Ils se méfient des fermetures de pays, des changements de vol et des compagnies de croisière qui modifient leurs dates. »

Partagez nous!

Postes connexes