• dimanche le 7 mars, 2021

L’opinion du gouvernement sur les rappels de commission et le plan en 5 étapes d’une conseillère en voyages

Partagez nous!

19 février 2021 — Savoir que les agents de voyages et les rappels de commissions sont dans la ligne de mire du gouvernement fédéral au milieu des discussions sur le sauvetage des compagnies aériennes – et entendre de l’ACTA que la question est de savoir de “comment”, et non “si”, les commissions seront protégées – est une lumière significative au bout du tunnel après 11 très longs mois pour les agents de voyages du Canada.

Comme cela a été rapporté hier, l’ACTA est actuellement en pourparlers avec le ministère des finances, qui a repris le dossier du renflouement de l’industrie aérienne du ministère des transports.

“Nos discussions sont passées de la demande de protection des agents de voyage et des agences de voyage contre les rappels de commissions à la question de savoir comment y parvenir, quel que soit le programme d’aide adopté”, a déclaré hier la présidente de l’ACTA, Wendy Paradis. “Nous sommes très encouragés par cela et il devient évident que les négociations sont à un stade critique et que des décisions sont attendues très prochainement”.

Les réactions envoyées au groupe Travelweek par le bureau du vice-premier ministre et du ministre des finances ont souligné cette nouvelle positive. 

Au début de la semaine, notre rédaction a envoyé plusieurs questions au gouvernement fédéral sur le renflouement et les agents de voyages

Nous voulions savoir, alors que les agents de voyages canadiens envisagent un rappel de commissions de 200 millions de dollars face aux remboursements massifs des compagnies aériennes canadiennes en raison de la pandémie, ce que fait le gouvernement fédéral pour protéger les commissions des agents de voyages dans le cadre du renflouement des compagnies aériennes, qui est conditionnel aux remboursements?

C’est ce qu’affirme Katherine Cuplinskas, attachée de presse du bureau du vice-premier ministre et ministre des finances : “Nous restons déterminés à soutenir les compagnies aériennes canadiennes, les personnes qui travaillent dans le secteur aérien et les agents de voyages qui ont été particulièrement touchés en cette période difficile et sans précédent”.

Ce n’est qu’une mention, mais c’est une preuve de plus que le gouvernement fédéral a les agents de voyages dans son collimateur. Selon des rapports du Globe and Mail, les discussions entre les compagnies aériennes et le gouvernement pour finaliser le programme d’aide financière, annoncé pour la première fois en novembre 2020, sont maintenant dans la dernière ligne droite.

Mme Cuplinskas poursuit en soulignant que depuis le début de la pandémie, le secteur aérien a reçu plus de 1,7 milliard de dollars de soutien par le biais du CEWS, et que dans l’énoncé économique de l’automne, plus d’un milliard de dollars a été engagé pour soutenir les aéroports et les petites compagnies aériennes. 

“Tout soutien supplémentaire des contribuables donnera la priorité (1) au remboursement des vols annulés par les Canadiens ; (2) au maintien et au rétablissement des liaisons régionales au Canada ; et (3) à la protection des emplois dans l’ensemble du secteur aérien. Nous continuons à insister sur ce point dans nos conversations en cours avec les compagnies aériennes. Dans un pays aussi vaste que le Canada, il est essentiel que nous maintenions des liens entre les gens et nos communautés. Le maintien d’un secteur aérien canadien dynamique et compétitif et de compagnies aériennes canadiennes est une priorité”, a déclaré Mme Cuplinskas, réitérant le message du gouvernement fédéral depuis que les discussions sur un éventuel renflouement ont commencé le 8 novembre 2020.

LE PLAN EN 5 POINTS DU PROPRIÉTAIRE D’UNE AGENCE

Jamie Milton, d’Uniglobe Carefree Travel à Saskatoon, Saskatchewan, affirme qu’il faut une approche sur plusieurs fronts pour être efficace et pour que l’aide arrive là où elle est nécessaire.  

Jamie Milton ajoute : “Je suis encouragée par les réflexions de l’ACTA selon lesquelles un fonds de protection de la Commission se rapproche d’une réalité”.

Voici le plan en 5 points de Jamie Milton sur la meilleure façon dont le gouvernement fédéral peut aider les agents de voyage, en particulier avec le renflouement potentiel…

La première étape consisterait à s’assurer que tout remboursement futur par les compagnies aériennes et les voyagistes protège les commissions des agents de voyages et que les commissions qui ont été légitimement gagnées ne soient pas rappelées”, déclare M. Milton.

L’étape 2 consisterait à créer un fonds où les agences de voyages et les conseillers indépendants pourraient réclamer les commissions déjà rappelées au cours des 12 derniers mois. Il faudrait établir des critères pour garantir l’existence de contrôles (avis de rappel de commissions, preuve de rappel de commissions, etc.)”

L’étape 3 consisterait à offrir la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) à 90% à toutes les agences de voyages. Les agences de voyages ont, en effet, été fermées par le gouvernement depuis mars 2020. Avec toutes les restrictions de voyage en place, nous ne pouvons pas fournir nos services et le gouvernement nous demande activement de NE PAS le faire”.

Elle dit qu’en Saskatchewan, la vitrine de son agence est toujours ouverte, et qu’elle n’a donc droit qu’à 65% de la SUCL, et pourtant elle a perdu 95% de ses ventes, tout comme les agences de l’Ontario qui ont fermé leur vitrine. “Nous sommes tous confrontés aux mêmes restrictions sur notre produit – nous devrions tous être éligibles à la SUCL plus élevée” et elle devrait être rétroactive au mois d’octobre, date de sortie du programme, note-t-elle.

L’étape 4 est que la CRB (indemnité de rétablissement du Canada) doit être maintenue au-delà de 26 semaines“, explique Mme Milton. “Il y a des agents de voyages et des conseillers indépendants dont la CRB s’achèvera en mars. L’économie et les restrictions de voyage sont pires qu’elles ne l’étaient en septembre lorsque ce programme a été annoncé. Mettre fin au CRB maintenant signifierait que de nombreux conseillers en voyages indépendants ou travailleurs indépendants se retrouveraient avec un revenu ZÉRO. Ils ne seraient pas éligibles à l’assurance-emploi et beaucoup ont beaucoup de mal à trouver un autre emploi pendant cette période”.

Enfin, selon Mme Milton, la cinquième étape consiste à maintenir la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) à 75% ou plus jusqu’en juin 2021 et au-delà

Avec les restrictions de voyage en place jusqu’à la fin du mois d’avril, il n’y a aucune chance que les voyages soient “de retour” et que les agences de voyages soient en mesure de soutenir les salaires complets d’ici juin”, dit-elle. “Le gouvernement doit prendre en compte tous ces facteurs et proposer une approche équilibrée”.

Une aide supplémentaire est essentielle, déclare Mme Milton. “L’industrie du voyage et du tourisme est tellement essentielle à une forte reprise économique et le gouvernement a investi pour nous soutenir depuis si longtemps. Nous laisser échouer maintenant serait une tragédie”.

Source : Kathryn Folliott et Cindy Sosroutomo pour le groupe Travelweek/Profession Voyages.

Partagez nous!

Postes connexes