• samedi le 17 avril, 2021

Rachat d’Air Canada et Transat: suite et réactions de l’industrie suite la résiliation de l’entente

Partagez nous!

5 avril 2021 – Il y a un peu moins de deux ans, Air Canada et Transat ont annoncé leur projet de fusion avec un accord qui a pris l’industrie par surprise.

Qui aurait pensé que la fin de cet accord se passerait ainsi!

Nous sommes depuis plus d’un an dans une pandémie et les voyages sont encore pratiquement à l’arrêt. L’industrie a radicalement changé depuis mai 2019. Et pourtant, Air Canada et Transat allaient de l’avant avec l’acquisition proposée, obtenant le feu vert du gouvernement canadien en février 2021.

Mais la Commission Européenne (CE) a indiqué qu’elle ne suivrait pas. Par la suite, vendredi, Air Canada et Transat ont annoncé la résiliation de leur entente.

Dans sa déclaration du 2 avril, Air Canada a déclaré que pour satisfaire aux conditions de la commission Européenne, elle devrait aller au-delà de ce qui était traditionnellement accepté par la CE dans les cas de fusion de compagnies aériennes précédentes.

Et même si Air Canada allait encore plus loin, avec plus de garanties pour conclure l’accord, il n’y avait toujours aucune garantie que la CE donnerait son approbation. «Après mûre réflexion, Air Canada a conclu que l’ajout de solutions supplémentaires et onéreuses, qui pourraient encore ne pas obtenir l’approbation de la CE, compromettrait considérablement la capacité d’Air Canada à être concurrentielle à l’échelle internationale, ce qui aurait des répercussions négatives sur les clients, les autres intervenants et les perspectives d’avenir alors qu’elle tente de se remettre de l’impact de la pandémie COVID-19 », a déclaré la compagnie aérienne.

ET APRÈS?

Les deux compagnies aériennes affirment que leur priorité absolue, comme depuis plus d’un an, est de traverser la pandémie avec agilité en attendant la levée des restrictions de voyage.

Transat est également désormais libre de considérer d’autres offres. Le chef de la direction de Quebecor inc., Pierre Karl Péladeau, a longtemps fait part de ses intentions.

Début 2021, Transat a déclaré avoir reçu une proposition non sollicitée de la société d’investissement de Péladeau, Gestion MTRHP, en décembre 2020, mais que la proposition n’était pas soutenue par un financement contraignant et pleinement engagé.

Péladeau a néanmoins persisté, et dans un long tweet envoyé après la date d’expiration pour finaliser l’accord Air Canada – Transat à la mi-février 2021, Péladeau a de nouveau déclaré son «intérêt et sa détermination, ainsi que ses moyens» d’acquérir Transat. Le tweet complet peut être vu via Twitter à @PKP_Qc.

Transat a cité l’offre de 5 $ par action de Péladeau dans sa déclaration du 2 avril annonçant la résiliation de son entente avec Air Canada. Le prix de l’entente avec Air Canada avait également atteint 5 $ l’action, pour un prix d’achat proposé de 190 millions de dollars, comme annoncé à l’automne 2020. En juin 2019, Air Canada offrait 520 millions de dollars, qui sont ensuite passés à 720 millions de dollars.

De plus, maintenant que la convention d’arrangement est résiliée, Transat est libre de discuter avec d’éventuels acquéreurs stratégiques et financiers.

La déclaration de Transat indique également que parmi les alternatives stratégiques, le conseil de Transat se penchera également sur la poursuite du plan d’affaires autonome de la société. Quoi qu’il arrive, Transat a déclaré qu’elle avait besoin d’un nouveau financement totalisant au moins 500 millions de dollars en 2021.

La compagnie aérienne note qu’en tant que petit opérateur, elle peut être agile et s’adapter rapidement aux conditions du marché. «Il existe une forte demande refoulée parmi les clients», déclare Transat. De plus, «la flotte d’avions plus petits de Transat offre une plus grande flexibilité et efficacité, et l’entreprise bénéficie d’une marque bien respectée que les clients adorent, ainsi que des employés engagés et d’un solide réseau de distribution.

Mais la priorité absolue reste de traverser la pandémie.

RÉACTION DE L’INDUSTRIE

Avec Air Canada et Transat comme principaux partenaires et fournisseurs, les professionnels du voyage ont suivi la transaction du début à la fin avec une attention particulière.

Les agents qui ont commenté la nouvelle sur la page Facebook de Profession Voyages, ont bien accueilli la nouvelle, en considérant c’était une “bonne nouvelle”. Ils sont en faveur de tout ce qui permet à l’industrie de rester compétitive. «Mieux vaut pour les voyageurs d’avoir plus de concurrence», a déclaré un agent.

D’autres ont mentionné leur désir de garder Transat basée au Québec, sans la propriété d’une plus grande entreprise comme Air Canada. Cependant, certains indique que l’accord avec Air Canada aurait apporté de meilleures chances de survie. Le renflouement du secteur aérien du gouvernement fédéral, annoncé pour la première fois en novembre 2020 mais pas encore finalisé près de cinq mois plus tard, est essentiel, selon d’autres. Ce sera «un désastre si aucun acheteur et aucune aide d’État. C’est la fin! Adieu les crédits voyage et les remboursements » partage d’autres agents.

Manon Doucet, Propriétaire de Club Voyages Solerama reste confiante sur l’avenir de Transat.

“Pour ma part, j’ai une grande confiance en l’équipe de gestionnaires de Transat et je mise sur les stratégies, plan B ou C  qu’ils ont probablement déjà élaborés.  Nous sommes dans une étape charnière, où tout peut être pensé, repensé, réévalué.  Est-ce bénéfique pour l’industrie et/ou les voyageurs?  Je ne suis pas décideuse au sein de Transat, mais si l’innovation est au sein de la réflexion sur l’avenir de Transat alors je considère que ce sera bénéfique” confie Manon Doucet à Profession Voyages.

Elle ajoute: “Je ne suis pas inquiète.  Les opportunités naissent des obstacles, des revirements et des changements.  Je crois que Transat a prouvé sa force d’innovation dans les décennies précédentes et je n’en attend pas moins d’eux aujourd’hui.”

Les professionnels de l’industrie s’attendent aujourd’hui a plusieurs scénarios possibles. Il ne fait aucun doute que cette pandémie a démontré le caractère incertain qui entoure toutes les décisions actuelles et l’avenir des entreprises du tourisme et du voyage. 

“Le temps nous dira si c’est une bonne ou mauvaise nouvelle, tellement de scénarios sont possibles. Ce qui faisait beaucoup de sens avant la pandémie n’en fait plus après la pandémie. Le temps nous le dira, mais je n’oserai prétendre avoir la réponse à cette question” explique David Boigné, président de 5Continents.

Il ajoute: “Je pense qu’il y a lieu de s’inquiéter pour l’industrie touristique Canadienne en général. La complexité de la situation dans laquelle se trouve Transat est bien entendu exacerbée par la pandémie, mais c’est aussi dans l’adversité que les meilleurs opportunités peuvent se trouver. Je ne pense pas que le « cas » Transat soit à lui seul source d’inquiétude pour les consommateurs, le débalancement temporaire général entre l’offre de sièges et la demande post pandémie va créer des embuches.

 

Chez The Travel Agent Door, le fondateur de l’entreprise, Flemming Friisdahl, affirme que TTAND a entretenu «une relation incroyable avec Air Canada, VAC et Transat» depuis le début de TTAND il y a sept ans.

Friisdahl déclare: «Lorsque nous avons entendu la nouvelle de l’accord proposé il y a deux ans, nous n’aurions pas pu être plus heureux pour les deux sociétés.

«Nous sommes convaincus que les deux entreprises rebondiront lorsque les voyages rebondiront et je suis convaincu à 100% qu’avec le leadership de ces deux grandes entreprises, nous travaillerons avec les deux dans les années à venir et nous leur souhaitons à tous les meilleur.”

Pendant ce temps, Zeina Gedeon, PDG de TPI, indique que si la résiliation d’Air Canada – Transat n’était pas complètement inattendue, elle était néanmoins «très malheureuse et très décevante».

Gedeon a déclaré à Travelweek: «En sortant du COVID-19, la fusion aurait créé une nouvelle entité solide. Maintenant, nous avons deux entreprises qui essaient de se reconstruire et avec la situation financière de Transat, cela créera beaucoup d’incertitude parmi les agents de voyages.

Elle a ajouté: «Nous devons tous nous concentrer sur la reconstruction de nos entreprises et nous tourner vers un avenir positif.»

Source: Kathryn Folliott pour le groupe Travelweek/Profession Voyages

Partagez nous!

Postes connexes