• mardi le 29 septembre, 2020

République dominicaine: “Il faudra 18 à 24 mois pour que les hôteliers enregistrent un taux d’occupation semblable à 2018”

Partagez nous!

Image: Gansevoort-République dominicaine

3 août 2020 – Le journal Domincan Today dresse un triste tableau actuel des réservations dans les hôtels Dominicains, toutefois l’industrie se dit confiante pour la fin de l’année.

Le taux d’occupation des hôtels dans le pays pourrait dépasser 50% à la fin de l’année, bien que cela dépendra de l’évolution locale de la pandémie et du programme d’ouverture des chambres touristiques.

Cela a été estimé par le vice-président exécutif de l’Association des hôtels et du tourisme de la République dominicaine (Asonahores), Andrés Marranzini, qui a déclaré que la clé de la reprise du secteur est une communication efficace des actions et protocoles de santé mis en œuvre dans cette activité.

Marranzini a annoncé que ce mois-ci, le pays recevra plus de 900 vols, soit environ 20% des vols que le pays avait avant la pandémie «et nous nous attendons à une reprise progressive, plus lente que prévu».

«Nous avons été surpris par la demande de la semaine dernière, malgré l’état d’urgence déclaré. Un niveau de demande continue à partir des marchés ouverts », a-t-il souligné.

S’exprimant lors du panel virtuel «PME: transition réussie vers la nouvelle normalité», organisé par la Chambre de commerce américaine de la République dominicaine (AMCHAMDR), l’exécutif a précisé qu’il faudra 18 à 24 mois pour que les hôteliers enregistrent un taux d’occupation semblable à 2018.

«Pour la relance du secteur, nous avons proposé des mesures économiques aux autorités sortantes et entrantes. Nous avons vu que dans d’autres pays, des mesures fiscales et monétaires ont été appliquées qui garantissent de conduire l’industrie à son moment de gloire, qui dans notre cas était 2018 », a-t-il déclaré.

Dans un autre ordre, le vice-président d’Asonahores a recommandé aux autorités dominicaines de décomposer les informations qu’elles fournissent aux marchés internationaux sur l’évolution locale de la pandémie de coronavirus.

«Les informations doivent être complétées par la répartition des communes touristiques. La situation qui se produit à Santiago n’est pas celle de Puerto Plata, celle de Saint-Domingue n’est pas celle de La Altagracia, et encore moins celle de la commune touristique. En d’autres termes, il est important de compléter le service de ces informations par l’objectif tactique, en plus du fait que les marchés émetteurs ne demandent pas ce type de clarification ou d’information », a-t-il déclaré.

Dans un autre ordre, le vice-président d’Asonahores a révélé qu’il y avait une baisse du rendement des investissements étrangers liés à l’activité touristique d’environ 12%.

PLUS D’UN MILLION DE TRAVAILLEURS TOUCHÉS

Les travailleurs du secteur du tourisme en République dominicaine ont été parmi les plus touchés par la crise économique causée par la pandémie de coronavirus, qui a touché plus d’un million de personnes qui font partie du marché du travail dans le pays.

Cela est démontré par les données du ministère du Travail, une institution qui, entre janvier et mai de cette année, a reçu 2 292 demandes de licenciements effectués par l’employeur de Verón, Bávaro, province de La Altagracia, qui concernait 7 827 travailleurs. En plus des suspensions par l’employeur, à Verón, il y a eu environ 1 077 demandes de chômage de la part d’employés au cours de ladite période.

Bávaro fait partie du district municipal de Verón Punta Cana, une zone de l’est du pays reconnue comme un pôle touristique puisque plus de 60% des touristes étrangers y entrent. Le commerce et l’hôtellerie sont la principale source d’emploi à La Altagracia. En 2010, cette activité enregistrait 43% de la population employée de la province, selon les données de l’Office national des statistiques (ONE). Dans le Code du travail, la résiliation est définie comme l’acte par lequel l’une des parties, par notification préalable à l’autre et sans faire valoir de motif, exerce le droit de résilier indéfiniment un contrat.

Le tourisme est l’un des piliers de l’économie. Le secteur génère plus de 340 000 emplois. Par conséquent, avec l’arrêt de ses opérations pendant la période au cours de laquelle le pays a fermé ses frontières pendant plus de trois mois pour contrôler la pandémie, des milliers de personnes ont été temporairement ou définitivement au chômage.

Mises à pied et licenciements par région

Après La Altagracia, le plus grand nombre de travailleurs expulsés est Santiago, avec 6 940; Saint-Domingue, avec 6 050; Santo Domingo Oeste, avec 3 253; San Pedro de Macorís, avec 2 412; et Puerto Plata, avec 2 154.

Le ministre du Travail, Winston Santos, a précisé qu’il ne s’agissait que de données partielles car toutes les expulsions, démissions ou licenciements ne parviennent pas au ministère.

Partagez nous!

Postes connexes

Menu