• samedi le 17 avril, 2021

Résumé du webinaire de l’ACTA : protection contre les rappels de commission, prolongation de l’aide financière et mises à jour d’Air Canada

Partagez nous!

3 mars 2021 — Environ 35% des billets d’avion et 15% des réservations de voyagistes touchés par la pandémie de COVID-19 ont déjà déclenché des rappels de commission.

Mais la part des rappels potentiels, sur un montant total généralement fixé à 200 millions de dollars, est toujours à la charge des agents de voyages, alors que le secteur de la vente au détail attend de savoir si le plan de sauvetage de l’industrie aérienne du gouvernement fédéral comprendra une forme quelconque de protection contre les rappels de commissions.

La présidente de l’ACTA, Wendy Paradis, et la vice-présidente de l’ACTA, Heather Craig-Peddie chargée de la défense des intérêts et des relations avec les membres, ont entre autres souligné ce problème lors du webinaire de l’ACTA hier, intitulé “2021 Advocacy Updates, Latest Developments and Response to Crisis” (Mises à jour sur le plaidoyer, récentes actions et la réponse à la crise).

Le webinaire a également été animé par Lisa Pierce, directrice générale des ventes Canada & USA d’Air Canada.

LISA PIERCE (AIR CANADA) S’EXPRIME

Lorsqu’on lui a demandé si elle pensait que le gouvernement autoriserait les vols vers les destinations soleil, jusqu’à présent suspendus jusqu’au 30 avril, à reprendre le 1er mai, Mme Pierce a répondu par un “j’espère bien”. Mais elle est réaliste quant à la voie à suivre pour atteindre cet objectif.

“Ils continuent à déplacer la ligne d’horizon de plus en plus loin”, a-t-elle déclaré. “Je pense que nous devons rester optimistes. Mais je suis également réaliste. Je sais que nous n’avons pas vraiment le contrôle de la situation, et c’est pourquoi il est si important d’avoir un chemin à suivre”.

Les compagnies aériennes ont besoin d’une piste supplémentaire pour redémarrer leurs opérations et obtenir des réservations, a-t-elle ajouté. Comme le disait Calin Rovinescu, ancien président et directeur général, “Nous ne sommes pas une pizzeria. Il nous faut un peu plus de temps pour démarrer“.

Mme Pierce a présenté un aperçu pratique des conditions d’entrée et de quarantaine du gouvernement actuellement en vigueur.

Mme Pierce a également mis en évidence les succès récents et les défis à venir. La reprise du service de Boeing 737 MAX par la compagnie aérienne est une bonne nouvelle, a-t-elle dit, car les avions ont marqué leur premier mois de retour en service plus tôt cette semaine, après une interruption de deux ans. “C’est un exemple clair de la manière dont on peut réellement surmonter une crise”, a déclaré Mme Pierce, soulignant que les défis peuvent être relevés malgré les obstacles.

CE QUE L’ACTA DEMANDE AU GOUVERNEMENT

Selon Mme Craig-Peddie, l’ACTA est “très encouragé par les discussions avec le gouvernement fédéral” autour du sauvetage des compagnies aériennes. L’ACTA a indiqué ces dernières semaines que les discussions avec le gouvernement ont progressé, passant de “si” les commissions seront protégées, à “comment”. Et le mois dernier, un rapport du Globe and Mail a suggéré que les discussions du sauvetage des compagnies, qui sont maintenant entre les mains du ministère des finances, étaient dans la dernière ligne droite

Les réactions envoyées au groupe Travelweek le mois dernier par le bureau du vice-premier ministre et du ministre des finances ont souligné cette nouvelle positive.

Dans le webinaire d’hier, Mme Paradis a déclaré que la demande de l’ACTA sur la situation de rappel des commissions est la suivante : que tout renflouement de l’industrie aérienne par le gouvernement fédéral comprenne des fonds supplémentaires pour couvrir les commissions des agents de voyages rappelées, à condition que les commissions des agences de voyages sur les compagnies aériennes et les voyages organisés ne puissent pas être rappelées ; et un fonds pour couvrir les réservations passées déjà rappelées.

L’ACTA s’est réjoui de l’extension du CRB (Indemnité de rétablissement du Canada) et de l’assurance-emploi, mais une aide supplémentaire est nécessaire. 

Pour le CRB et l’assurance-emploi, Mme Paradis indique que l’ACTA fait pression pour une prolongation jusqu’à la fin septembre 2021, soit 90 jours après l’assouplissement des restrictions de voyage. 

Pour la SSUC (Subvention salariale d’urgence du Canada), l’ACTA fait également pression pour obtenir une prolongation de 85% jusqu’à la fin septembre, soit 90 jours après l’assouplissement des restrictions de voyage, avec des conditions limitées, et pour que le calcul des subventions de base et complémentaires soit basé sur la comparaison des recettes depuis le début de l’année jusqu’en 2019.

Pour la SUCL (Subvention d’urgence du Canada pour le loyer), l’ACTA fait également pression pour que 90% des restrictions de voyage soient levées d’ici à la fin septembre, avec un délai de 90 jours, rétroactivement à avril 2020 et la suppression du plafond global de 300 000 dollars.

Mme Paradis a également noté que le PCSDT (Programme de crédit pour les secteurs durement touchés), y compris celui du secteur du voyage et du tourisme, a été lancé le 1er février. Le retour d’information des agents sur le programme PCSDT est urgent, ajoute-t-elle, car l’ACTA travaille individuellement avec le gouvernement sur cette question.

Les priorités actuelles de l’ACTA sont les suivantes :

  • Demande permanente d’aide pour le secteur du voyage au détail
  • Élaborer un plan coordonné pour le redémarrage de l’industrie du voyage et du tourisme comprenant des tests rapides, des vaccins et l’assouplissement des conseils aux voyageurs et de la quarantaine de 14 jours, sur la base des données scientifiques et des meilleures pratiques
  • Élaborer des tactiques pour accroître la confiance des consommateurs et des gouvernements dans les voyages, en coordination avec d’autres groupes du secteur des voyages et du tourisme 

Pour ce qui est de la relance des voyages après la pandémie, Mme Paradis a déclaré que dans les deux premiers mois de 2021, le gouvernement fédéral n’était “pas ouvert à toute discussion sur la relance de l’industrie du voyage et du tourisme“. 

Le début difficile de l’année 2021 a été marqué par l’obligation d’effectuer un test PCR de moins de 72 heures, annoncé fin décembre 2020, suivi de la suspension des vols Sud cet hiver, annoncée le 29 janvier, et des mesures de quarantaine à l’hôtel. 

Les vaccins sont maintenant en cours de déploiement, mais lentement, ce qui rend le moment plus propice pour reprendre les discussions, a déclaré Mme Paradis.

Tout redémarrage du voyage et du tourisme ne se fera pas à une date magique mais plutôt sous certaines conditions, ajoute-t-elle. Ces conditions pourraient inclure le nombre de cas de COVID, le nombre d’hospitalisations, le nombre de Canadiens vaccinés et le développement d’outils de vérification des vaccinations.

Le travail de sensibilisation de l’ACTA est renforcé par les efforts déployés sur le terrain par les agents de voyages individuels. “Si vous n’avez pas encore pris contact avec votre député, nous vous encourageons à le faire”, a déclaré Mme Craig-Peddie. Si les agents préfèrent se joindre à un groupe organisant des appels Zoom et autres pour faire passer le message aux députés, Mme Craig-Peddie invite les agents à envoyer un courriel à memberservices@acta.ca pour se mettre en relation avec l’un de ces groupes.

Mme Paradis et Mme Craig-Peddie invitent également les agents à rejoindre l’ACTA s’ils ne sont pas déjà membres, sur acta.ca/membership.

Source : Kathryn Folliott pour le groupe Travelweek/Profession Voyages ; Traduction Eloise Petit

Partagez nous!

Postes connexes