• lundi le 26 octobre, 2020

Suspension des vols par Westjet dans le Canada Atlantique : les questionnements et inquiétudes des agents

Partagez nous!

16 octobre 2020 — WestJet n’est pas la première compagnie aérienne à retirer ses vols d’un marché autrefois florissant au milieu de la pandémie de COVID-19, et ce ne sera probablement pas la dernière.

Après que la compagnie aérienne a annoncé qu’elle réduisait 80 % de sa capacité dans le Canada atlantique à compter du 2 novembre, les agents de voyages locaux s’entretenir ont dit à Travelweek qu’ils étaient sensibles à la situation de WestJet, notant que les réductions de vols de la compagnie aérienne faisaient suite aux suspensions des propres liaisons d’Air Canada, annoncées en juin 2020 et principalement dans le Canada atlantique, et à la décision de Transat, en juillet 2020, d’annuler son programme USA et Sud au départ de l’Ouest canadien.

De nombreux agents disent espérer que ces dernières annonces attireront l’attention du gouvernement fédéral, alors que le secteur continue de perdre des emplois et des millions de dollars, et que des régions entières perdent des services aériens sur les principaux transporteurs.

D’autres se demandent si WestJet va offrir des remboursements au lieu de crédits de voyages pour les itinéraires annulés, puisque le service a été suspendu indéfiniment sans qu’aucune date de reprise ne soit en vue…

LA QUESTION DES REMBOURSEMENTS

Le gouvernement fédéral est en train de trouver l’équilibre ultime, en protégeant l’économie et la santé du pays dans un contexte de pandémie sans précédent, et il n’y a pas de réponses faciles. Mais il y a une réponse à la question des remboursements. Pour l’instant, WestJet déclare qu’elle n’offrira pas de remboursement pour les vols annulés au Canada atlantique.

“Nous apprécions le fait que certains Canadiens de l’Atlantique expriment leur désir d’être remboursés à la lumière de cette annonce”, a déclaré Lauren Stewart, porte-parole de WestJet, à Travelweek.

Nous prévoyons de retourner dans la région lorsque la situation s’améliorera et nous prolongerons la date d’expiration du crédit de voyage au-delà de la fenêtre actuelle de 24 mois si cela s’avère nécessaire“, a-t-elle déclaré.

Lauren Stewart a ajouté que l’Office des transports du Canada a déterminé que le remboursement des crédits de voyage est acceptable à la lumière de la situation engendrée par COVID-19.

WestJet a annoncé ses réductions de vols dans la région du Canada atlantique en début de semaine. Les services à destination et en provenance de Moncton, Fredericton, Sydney et Charlottetown seront suspendus indéfiniment. Les vols à destination de Québec seront également interrompus.

John’s sera réduit à deux fois par jour entre Halifax et Toronto, neuf fois par semaine entre Halifax et Calgary, et onze fois par semaine entre Halifax et St. Tous ces changements prendront effet le 2 novembre.

Jusqu’à présent, WestJet était la seule compagnie aérienne canadienne à desservir 100 % de son réseau intérieur avant la mise en place de la COVID.

Nous comprenons que cette nouvelle sera dévastatrice pour les communautés, nos partenaires aéroportuaires et les WestJetters qui comptent sur notre service”, a déclaré Ed Sims, président et directeur général de WestJet, en début de semaine. “Bien que nous restions engagés envers la région atlantique, il est impossible de dire quand il y aura un retour au service sans le soutien d’une approche nationale coordonnée. Notre intention est de revenir dès qu’il sera économiquement viable de le faire“.

RÉACTION DES DÉTAILLANTS

Depuis le 3 juillet, la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick ont maintenu une “bulle atlantique” afin de réduire au minimum la transmission de COVID-19 et le nombre de cas. Les voyages aériens à destination et en provenance du Canada ont également été sévèrement touchés par l’obligation de quarantaine de 14 jours imposée par le gouvernement fédéral et par son avis contre tout voyage non essentiel, qui en est maintenant à son huitième mois.

Avec la bulle de l’Atlantique en place, “personne ne voyage vers et depuis le Canada atlantique”. En conséquence, WestJet et Air Canada ont réduit leur capacité. Malheureusement, le maintien de la sécurité des Canadiens de l’Atlantique a un impact économique négatif“, a déclaré Gary Gaudry, président de Maritime Travel.

Bien que les suspensions de lignes soient décevantes, ajoute Gary Gaudry, sa première préoccupation après avoir appris la nouvelle des réductions de WestJet a été pour les clients de Maritime Travel. “Quand Air Canada a cessé de desservir un marché, elle a remboursé les clients qui avaient un crédit, car ceux-ci n’avaient aucun moyen d’utiliser leur crédit. Espérons que WestJet jugera bon de faire de même“.

Gary Gaudry note que le gouvernement fédéral a récemment annoncé son intention de soutenir les lignes aériennes régionales, afin de ne pas isoler les villes.

Il ajoute : “Nous espérons que lorsque le gouvernement fournira le soutien nécessaire, les compagnies aériennes reviendront sur les marchés qu’elles ont quittés“.

Alors que le gouvernement canadien a mis en place une longue liste de programmes d’aide financière comme la SSUC et la PCU, apportant un soutien économique fort aux Canadiens en ces temps extrêmement difficiles, il n’a pas encore fourni d’aide spécifique aux compagnies aériennes.

Ed Sims, de WestJet, a déclaré que, bien que WestJet s’efforce de maintenir un service aérien essentiel dans tous ses aéroports intérieurs, la demande de voyages est fortement limitée par des politiques restrictives et des augmentations des frais de tiers “qui nous ont laissés hors des pistes sans soutien spécifique au secteur”.

Joel Ostrov, président de la région Est du Canada pour Voyages directs, déclare que sa réaction à la décision de WestJet fait écho à sa réaction aux autres réductions de services effectuées par les compagnies aériennes du monde entier, y compris ici au Canada, dans le sillage de COVID-19. “Air Canada a procédé à des coupes similaires dans son réseau régional desservant les petites communautés du Canada“, déclare M. Ostrov. “Ces coupes sont faites en grande partie à cause du refus du gouvernement canadien d’aider l’industrie aérienne dans ce pays. Si vous comparez cela à d’autres pays, presque tous ont donné des milliards de dollars pour aider l’industrie aérienne à traverser la crise COVID-19, mais le Premier ministre Justin Trudeau a refusé d’offrir une aide directe aux compagnies aériennes canadiennes“.

Ostrov a déclaré que la décision de WestJet, “bien que douloureuse pour les communautés touchées, est totalement compréhensible compte tenu de la situation actuelle, et probablement totalement nécessaire à leur survie”.

Il a appelé l’industrie du voyage à faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il fournisse une aide aux compagnies aériennes canadiennes afin de les aider à survivre à la pandémie.

EN PREMIÈRE LIGNE

À Charlottetown (Î.-P.-É.), Paulette Soloman, propriétaire de The Travel Store, déclare que la suspension du service de WestJet a été une surprise totale.

“Nous n’avions aucune idée que cette annonce allait être faite, c’était tout à fait inattendu pour nous. Il est vraiment regrettable de voir une réduction de vols dans le Canada atlantique”, dit-elle.

WestJet a été un ajout bienvenu aux options offertes aux clients de son agence, dit Mme Soloman. “Non seulement ils offraient un excellent service au Canada, mais leur expansion vers des destinations internationales a été formidable pour les voyageurs également“.

Tout comme M. Ostrov, Mme. Soloman estime que ces dernières réductions d’itinéraires indiquent clairement que l’aide du gouvernement est nécessaire, non seulement pour les compagnies aériennes mais aussi pour l’ensemble de l’industrie du voyage et du tourisme. “Lorsque de grands acteurs comme WestJet réduisent leurs services, cela ne doit pas passer inaperçu, et j’espère vraiment que l’attention se portera non seulement sur l’effet sur cette compagnie aérienne mais aussi sur l’effet de retombée sur les autres acteurs du secteur comme les agences de voyage et nos conseillers, et bien sûr surtout sur les voyageurs”, a-t-elle déclaré.

Lois Barbour, de Travel Time TPI, à St. John’s, aux Pays-Bas, déclare que l’accent devrait être mis sur le dépistage rapide comme moyen de remettre le transport aérien en véritable mode de récupération.

Nous n’avons toujours pas avancé dans la mise en place d’un plan qui nous permettrait de voyager en toute sécurité, avec des tests rapides administrés au départ et à l’arrivée pour s’assurer que les voyageurs atteints de la COVID-19 ne se déplacent pas sans être détectés”, dit Lois Barbour. “Il semble que ce soit la question qui mérite d’être mise en avant, ce qui nous permettrait alors de nous ouvrir pour voyager progressivement et en toute sécurité”.

Lois Barbour ajoute : “Les compagnies aériennes sont essentielles à notre avenir économique et nos voyageurs méritent que l’on fasse davantage d’efforts pour mettre en œuvre un plan. C’est un triste jour pour le secteur, alors qu’après ces nombreux mois, nous ne pouvons toujours pas espérer un retour à la normale”.

À Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, la propriétaire de Niche Travel Group, Faith Sproule, affirme que la baisse de capacité du Canada atlantique nuira également aux ventes de WestJet Vacations. “Nous n’avions qu’un seul vol direct de Halifax à Cancun, mais nous avons souvent utilisé WestJet Vacations pour Sainte-Lucie, Antigua, la Barbade, etc. J’espère qu’ils gardent deux ou trois vols par jour vers Toronto, afin que nous puissions encore envoyer des clients.

Et ce n’est pas seulement WestJet. Selon M. Sproule, “Transat a annulé sa liaison directe entre Halifax et la Jamaïque (notre meilleur vendeur), mais pour l’instant ils ont toujours Cancun, Punta Cana et diverses régions de Cuba. Nous avons plus de 150 clients réacheminés vers la Jamaïque pour des groupes de mariage à destination de 2021 et nous avons dû repasser par le processus complet d’annulation pour la deuxième fois avec eux. C’est un vrai cauchemar!

Scott Penney, spécialiste des voyages de la TTAND, est également basé à Dartmouth. Il s’inquiète de nouvelles réductions de vols dans les mois à venir, alors que l’industrie se dirige vers l’hiver sans que les restrictions de voyage et la pandémie ne prennent fin. L’industrie s’est mobilisée comme jamais auparavant face à la COVID-19. Mais l’inquiétude est réelle.

“Il ne fait aucun doute que notre bulle atlantique a eu un impact majeur sur la décision de WestJet, ce qui est tout à fait compréhensible”, déclare M. Penney. “D’un point de vue purement économique, ils ne peuvent pas continuer à faire entrer et sortir des avions du Canada atlantique qui sont pour la plupart vides“.

Penney s’inquiète de l’impact durable sur les vols d’entrée et de sortie de la région. “Étant donné la petite taille du Canada, je crains que les réductions de WestJet ne durent longtemps et qu’elles aient un impact durable, en particulier sur nos petites villes“.

Mais sortir de la pandémie est la lumière au bout du tunnel pour cette industrie, qui a tant souffert, surtout au cours des deux dernières décennies. J’attends avec impatience le moment où la COVID ne sera plus qu’un souvenir, alors que nous sommes impatients de reconstruire notre industrie… et de voir WestJet et les autres compagnies aériennes recommencer à augmenter leur capacité de transport hors du Canada atlantique”, a déclaré M. Penney.

Source : Kathryn Folliott pour Travelweek.

Partagez nous!

Postes connexes

Menu