• lundi le 10 août, 2020

“Tout le monde a beaucoup appris de cette crise” indique une étude de Travelweek (Profession Voyages) sur les agents de voyages

Partagez nous!

15 mai 2020 – La pandémie de COVID-19 a changé à jamais les voyages. Dans cette nouvelle étude menée par Travelweek auprès des agents de voyages, les agents partagent leurs craintes pour le secteur du voyage, les opportunités et leurs réflexions sur ce qui les attend.

L’enquête, envoyée fin avril, a reçu des réponses de près de 400 agents à travers le Canada.

Le secteur des croisières connaîtra certains des plus grands changements en matière de voyages dans un monde post-pandémique, les experts prévoyant tout, des cabines individuelles ventilées aux contrôles de santé, en passant par d’éventuelles restrictions sur les passagers de croisière en fonction de leur âge et/ou de leur état de santé préexistant dans les premières semaines.

Pour tous les types de voyages, les agents interrogés dans le cadre de notre enquête COVID-19 sur les agents de voyages ont également prédit des groupes plus petits, plus d’achats d’assurance voyage, des croisières fluviales plutôt qu’océaniques dans les premières phases, plus de réservations vers des destinations moins fréquentées, des fenêtres de réservation plus courtes et des protocoles sanitaires plus stricts dans la destination.

Interrogés sur leurs plus grandes craintes pour l’industrie du voyage, alors que nous nous dirigeons vers un troisième mois de fermeture et l’arrêt des voyages dans le monde, les agents ont déclaré :

  • “Le temps d’attente pour que les choses se redressent pourrait mettre beaucoup d’entreprises en faillite.”
  • “La confiance des gens dans les entreprises et les remboursements. Cela va-t-il se reproduire ?”
  • “Les tarifs des compagnies aériennes vont monter en flèche, les grandes croisières maritimes ne se rétabliront pas avant de nombreuses années, les taux d’assurance vont monter en flèche, les compagnies d’assurance vont réduire leur couverture, de nombreux voyagistes vont fermer, moins de capacité et moins de compagnies aériennes, moins de revenus disponibles pour les voyages en raison de l’économie.”
  • “Quand et comment la situation se redressera, à quoi ressemblera notre main-d’œuvre après cette crise – il y aura certainement des gens qui partiront après cela !”

En fin de compte, le voyage est une activité optimiste, et peu d’industries ont fait face aux perturbations que l’industrie du voyage au détail a connues. Interrogés sur les opportunités post-pandémie, de nombreux agents ont eu les yeux rivés sur l’avenir, quel qu’il soit…

  • “Je pense que les gens voudront travailler avec des agents de voyages locaux. Ceux qui ont utilisé des sites web pour réserver en ligne et qui n’ont pas pu les joindre se souviendront, espérons-le, de l’agent de voyages qui les a aidés et les appelleront en premier pour leur prochain voyage.
  • “Travailler avec des fournisseurs qui nous soutiennent et éloigner les gens d’autres entreprises qui ne nous soutiennent pas”.

Plusieurs agents affirment que les possibilités existent déjà. “Les opportunités existent en ce moment même. Faites connaître votre nom. Assurez-vous que les gens savent quels services et quelle valeur vous avez fournis PENDANT la crise. Les gens vont vouloir déployer leurs ailes et votre nom doit être présent dans leur esprit”, a déclaré un agent.

Un autre agent ajoute : “Je pense que tout le monde a beaucoup appris de cette crise. Je constate une plus grande souplesse dans les politiques de changement/d’annulation, un plus grand soutien aux agents de voyages, des lignes de communication meilleures/plus rapides entre les fournisseurs et les agents, une meilleure technologie, une plus grande rapidité, fluidité et adaptabilité dans le secteur pour faire face aux changements de volume et à la crise”.

Plus important encore, déclare un autre agent, “je constate un afflux important de personnes désireuses de voyager une fois que la sécurité sera assurée”.

Allison Wallace, VP, Corporate Communications & CSR, The Americas for Flight Centre, note que l’industrie est définitivement prête à aller de l’avant. “La clé sera la confiance des consommateurs. Les gens commencent à réserver pour 2021, mais pour ce qui est du mois prochain, il faut encore attendre. Le gouvernement continue de dire qu’il faut éviter les voyages non essentiels et on ne sait pas encore très bien dans quelle mesure les destinations sont “ouvertes”. De nombreuses questions se posent également concernant la mise en quarantaine une fois que vous avez atterri à votre destination et, bien sûr, les Canadiens sont toujours tenus de se mettre en quarantaine 14 jours après leur retour. Tous ces facteurs auront une incidence sur la décision de réserver ou non”.

Partagez nous!

Postes connexes

Menu