• samedi le 17 avril, 2021

“Une véritable insulte” : des agents de voyages s’expriment sur le système de réservation des hôtels de quarantaine

Partagez nous!

2 mars 2021 — La frustration que ressentent les voyageurs face aux heures d’attente pour réserver les quarantaines à l’hôtel est presque aussi palpable que la frustration des agents de voyages qui pensent que ces réservations d’hôtel sont traitées par une seule entreprise alors que tant d’agences en difficulté pourraient en profiter.

Tout se résume à des contrats. Après un passage de sept ans au sein de HRG, de 2013 à 2020, le compte de voyages du gouvernement fédéral est de retour chez American Express, plus précisément chez Amex Global Business Travel (Amex GBT).

“American Express Global Business Travel est la société de gestion des voyages d’affaires officielle du gouvernement du Canada et nous soutenons activement l’obligation de séjours à l’hôtel imposée par le gouvernement du Canada aux voyageurs aériens”, a déclaré au groupe Travelweek Patrick Doyle, vice-président et directeur général d’Amex GBT pour le Canada.

Depuis que le site d’information sur les réservations d’hôtels du gouvernement fédéral a été mis en ligne le 18 février, les médias grand public ont fait état de temps d’attente de deux à dix heures pour les voyageurs souhaitant réserver une chambre d’hôtel pour une quarantaine. Les réservations ne peuvent être faites que par téléphone avec Amex GBT. La règle de quarantaine dans les hôtels, qui oblige toute personne entrant au Canada à réserver un séjour de trois nuits d’hôtel pour attendre les résultats des tests PCR, est entrée en vigueur le 22 février. 

Comme pour tout ce qui concerne la pandémie, le programme de quarantaine dans les hôtels a été mis en place rapidement par nécessité. Alors que les voyageurs qui cherchent à faire des réservations doivent faire face à de longs délais d’attente, d’autres problèmes bien plus graves sont apparus avec les quarantaines des hôtels eux-mêmes. Ces derniers jours, des accusations criminelles ont été portées contre un homme de l’Ontario impliqué dans une agression sexuelle présumée dans un hôtel de quarantaine de l’aéroport de Montréal.

“LE MOT DÉSASTRE EST UN EUPHÉMISME”

“Le mot “désastre” est un euphémisme”, déclare Zeina Gedeon, présidente et directrice générale de TPI, sur les mesures de quarantaine dans les hôtels. “Notre industrie est en pagaille, elle est sur une bouée de sauvetage. Il est inacceptable de confier l’activité hôtelière à une poignée d’hôtels et de confier les réservations à une seule entreprise. Au lieu de s’assurer que tout le monde reçoit au moins une part de cette toute petite tarte, le gouvernement continue à faire des bévues”.

Patrice Malacort, directeur général d’AVIAJET-ITN Voyages-Travel Canada à Ste Agathe-Des-Monts (QC) en a lui aussi assez. “Tout cela semble être une mesure improvisée de dernière minute, ignorant les capacités professionnelles des agences de voyages et ayant pour seul but de dissuader les Canadiens de voyager à l’étranger, pour quelque raison que ce soit. Pour les agences de voyages qui sont en mode “hibernation” depuis de nombreux mois, cela représente une véritable insulte et un mépris total pour notre industrie gravement touchée par la pandémie“, a-t-il déclaré à Travelweek.

Il ajoute : “Non seulement les clients des agences de voyages sont obligés de payer un montant exorbitant pour ces deux ou trois nuits d’hôtel, mais ils sont également obligés de passer par une agence “concurrente”. C’est totalement injuste et inacceptable“.

La présidente de l’ACTA, Wendy Paradis, déclare que l’ACTA partage les préoccupations des agents. “Certains membres de nos agences de voyages et agents de voyages nous ont fait savoir qu’ils étaient préoccupés par le processus de réservation des nouveaux hôtels de quarantaine. Bien que nous espérions que la quarantaine à l’hôtel soit une mesure à court terme et que nous en fassions la promotion auprès du gouvernement, l’ACTA partage votre inquiétude quant au fait que toutes les agences de voyages ne sont pas en mesure de servir directement leurs clients individuels et de bénéficier de ces réservations“.

Mme Paradis affirme qu’avec l’achat et le déploiement des vaccins, ainsi que les protocoles de test et de traçage des contrats efficaces mis en place, on s’attend à ce que la propagation de la COVID-19 diminue avec le temps. “Notre objectif premier est que le gouvernement et l’industrie du voyage travaillent ensemble pour développer des mesures et un plan pour relancer l’industrie canadienne du voyage dans les prochains mois”.


“SI CE N’EST PAS UN PROBLÈME DE SÉCURITÉ PUBLIQUE, JE NE SAIS PAS CE QUE C’EST”

Pendant ce temps, hier, les députés du Comité permanent de la sécurité publique se sont réunis virtuellement pour examiner une étude sur la sécurité et la sûreté des passagers qui doivent satisfaire aux exigences de quarantaine à l’hôtel, ainsi qu’aux exigences de quarantaine à domicile. 

Des accusations d’agression sexuelle, d’introduction par effraction et de harcèlement ont été portées contre un Ontarien à la suite d’un incident présumé à l’hôtel Sheraton Montreal Airport, impliquant un voyageur de Californie qui séjournait à l’hôtel dans le cadre d’une quarantaine. 

Une autre accusation récente concernait un autre Ontarien qui travaillait comme agent de sécurité privé pour une entreprise engagée par l’Agence de santé publique du Canada pour effectuer des contrôles de quarantaine à domicile.

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, tous les voyageurs internationaux entrant au Canada doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours.

Hier, Shannon Stubbs, députée de Lakeland (AB) a déclaré que, quoi qu’il arrive avec les mesures de quarantaine dans les hôtels, la sécurité personnelle des Canadiens et des voyageurs doit être la priorité absolue.

“Les Canadiens se posent beaucoup de questions”, a ajouté Glen Motz, député de Medicine Hat-Cardston-Warner (AB). “Nous n’avons aucune idée du nombre de personnes qui ont pu être victimes. Le gouvernement n’est apparemment pas disposé à suspendre cette politique… si ce n’est pas un problème de sécurité publique, je ne sais pas ce que c’est”.

Tako Van Popta, député de Langley-Aldergove (CB), a déclaré qu’il avait entendu de nombreux électeurs de sa circonscription parler du mauvais déploiement du programme de quarantaine dans les hôtels. “Le programme de quarantaine à l’hôtel a généralement notre soutien, mais il doit être bien fait. Le développement du programme et son déploiement ont été très insuffisants“.

Source : Kathryn Folliott pour le groupe Travelweek/Profession Voyages.

Partagez nous!

Postes connexes